Déclaration de la première ministre élue
mercredi 5 septembre, 2012
Facebook
Twitter

Montréal – Voici la déclaration prononcée aujourd'hui par la première ministre élue, Pauline Marois, lors d'une conférence de presse:

« Je suis profondément attristée aujourd'hui. La soirée électorale d'hier a été assombrie par un événement tragique. Un homme est mort sans aucune raison. La folie a frappé.

« L'enquête nous apprendra ce qui s'est passé, mais pour l'heure, mes pensées vont évidemment aux victimes et à leur famille.

« Je pense aussi aux équipes de Spectra et du Métropolis. Les gens sont très secoués et on pense à eux. Malgré cette tragédie, il faut redire que le Québec est une société non violente. Un acte de folie isolé ne peut effacer cette réalité.

« Je suis profondément affectée mais je dois aller de l'avant et assumer mes responsabilités. Notre objectif au début de la campagne électorale était de changer le gouvernement libéral et de le remplacer par un gouvernement du Parti Québécois.

« Cet objectif a été atteint.

« J'espérais également une bonne participation électorale et le taux de 74 % doit nous réjouir. C'est un signe de santé démocratique.

« Je souhaitais obtenir une majorité mais la population en a décidé autrement. Le temps du bipartisme est révolu et il faut apprendre à travailler dans ce contexte.

« Même en minorité, j'ai l'intention d'obtenir des résultats pour les gens. Mon gouvernement va annuler la hausse des droits de scolarité par décret. La loi 78 n'aura donc plus lieu d'être. J'ai l'intention de proposer son abrogation et je suis convaincue que les partis d'opposition vont être d'accord. Nous tiendrons ensuite un sommet sur l'enseignement supérieur.

« Mon gouvernement proposera également des modifications à la loi 35 pour empêcher que des entreprises de construction condamnées puissent obtenir des contrats gouvernementaux.

« J'ai également l'intention d'accélérer le développement du réseau des garderies pour que chaque famille qui en a besoin puisse obtenir une place.

« Et puis, il y a le recul inquiétant du français dans la région de Montréal et en Outaouais qui demeure au centre de mes préoccupations. Il faut agir et j'ai l'intention de déposer une nouvelle loi 101. Je suis sûre que nous saurons trouver un terrain d'entente avec l'opposition pour avancer sur cette question tellement importante pour le Québec.

« En ce qui a trait aux relations avec Ottawa, je dois vous dire que je me suis entretenue avec M. Harper ce matin. Ce fut un premier contact cordial. Sur ce front, nous pourrons fonder notre action sur les consensus déjà existants à l'Assemblée nationale.

« Dans les prochains jours, je vais prendre le temps de compléter la transition d'un gouvernement à un autre. Cela va se faire dans l'ordre, sans précipitation et sans bouleversement.

« Je vais également former mon Conseil des ministres d'ici deux semaines.

Les Québécois peuvent compter sur moi pour obtenir des résultats. »