Déclaration de Gabrielle Lemieux et de Pascal Bérubé à propos du départ de Catherine Fournier
lundi 11 mars, 2019
Facebook
Twitter

C’est avec déception et incompréhension que nous avons pris acte de la décision de Catherine Fournier de quitter le Parti Québécois et son caucus, tout en demeurant députée.

En tant que membre du caucus et du conseil exécutif national, jusqu’à aujourd’hui, Catherine Fournier était bien au fait que le Parti Québécois s’apprête à lancer une démarche profonde et lucide visant à le mettre au service de l’indépendance. Au cours de cet exercice, toutes les pierres seront soulevées. À aucun moment la députée de Marie-Victorin n’a manifesté son désaccord quant à ce plan d’action ni proposé de solution de rechange. Notre sentiment d’incompréhension s’en trouve conséquemment accru.

Notre objectif, d’ici la fin de l’année 2019,est double :présenter un nouveau Parti Québécois à la population et replacer l’indépendance au cœur de notre action politique. Or, évoquer l’échec de notre démarche avant même qu’elle ait été lancée, c’est défaitiste et regrettable. Ça l’est d’autant plus que Catherine Fournier utilise comme prétexte l’échec de démarches précédentes, alors même qu’elle a poursuivi son engagement et s’est présentée sous la bannière du Parti Québécois il y a cinq mois à peine. Depuis le 1er octobre, tous les bilans et toutes les analyses ont été les bienvenus, et Mme Fournier avait sa place dans cette réflexion.

Catherine Fournier affirme par ailleurs qu’il n’y a pas de place pour un nouveau parti politique au Québec, mais ne souhaite plus participer à la démarche de réforme du Parti Québécois. Cette contradiction nous laisse perplexes, d’autant plus que la députée prône le rassemblement et l’unité en claquant la porte.

Finalement, cette annonce n’affecte en aucun cas notre intention de poursuivre notre démarche. Nous serons réunis en conseil national les 23 et 24 mars prochains pour adopter un plan d’action ambitieux qui mènera à un nouveau Parti Québécois. C’est à cet exercice que nous convions tous les indépendantistes québécois. 

Enfin, l’entente sur la reconnaissance des groupes parlementaires intervenue l’automne dernier est très claire : le PQ constitue le 2e groupe d’opposition ou, plutôt, de « proposition » à l’Assemblée nationale pour toute la durée de la 42e législature, puisque ce statut est basé sur le nombre de députés élus et de votes obtenus à l’élection du 1er octobre; le départ de Catherine de notre caucus n’y change rien. Nous continuerons d’assurer ce rôle de manière constructive, sérieuse et rigoureuse.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?