Décès de Robert Roussil
mercredi 22 mai, 2013
Facebook
Twitter

Québec – En réaction au décès de Robert Roussil, le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, a tenu à rendre hommage à ce grand sculpteur québécois qui a partagé sa vie entre la France et le Québec, et dont les œuvres peuvent être admirées à Montréal, à Nice, ou encore à Quito, en Équateur. À titre d'exemple, on retiendra la sculpture monumentale en hommage à René-Lévesque, située dans le parc René-Lévesque à Lachine, réalisée en 1988.

Issu d'une famille modeste de Montréal et avant-dernier de neuf enfants, Robert Roussil a quitté l'école très tôt pour exercer une foule de petits métiers. En 1942, il s'est enrôlé dans l'armée et à son retour de la guerre, en 1945, il a intégré l'École d'art et design du Musée des beaux-arts de Montréal où il a appris différentes techniques en sculpture. Il a participé au réputé Symposium international de sculpture de Montréal en 1964. Convaincu qu'une sculpture n'est pas qu'un élément décoratif, il a créé le concept de sculpture habitable.

« Robert Roussil était un artiste, un visionnaire et un militant. Il a été un ardent défenseur des arts intégrés à l'architecture dès les années 1960. Ses œuvres qualifiées par certains de puissantes et saisissantes ont permis notamment d'ouvrir les esprits à des formes d'expression moins conventionnelles. Le Québec perd un grand sculpteur, aussi grand que ses œuvres magistrales qui le garderont vivant dans nos mémoires », a déclaré le ministre Kotto. Le ministre a tenu à exprimer ses condoléances aux proches et à la famille de Robert Roussil.