Début des consultations pour la protection de 50 % du territoire du Plan Nord : une consultation, c'est un lieu d'écoute, pas de promotion
mardi 13 septembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le Parti Québécois comprend les inquiétudes soulevées par les populations locales concernant l’application du 50 % pour la protection du territoire du Plan Nord. « Ces inquiétudes sont nées parce que le gouvernement libéral n’a pas su expliquer correctement ses intentions et les impacts de cette mesure. C’est toujours flou d’ailleurs. Le gouvernement libéral doit présenter dès maintenant les études sur lesquelles il s’appuie pour aller de l’avant et rassurer les populations locales. Avant d’aller plus loin, le gouvernement doit dévoiler les études d’impacts qu’il a réalisées ».

C’est ce qu’a déclaré le député de L’Assomption et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement, de développement durable et de parcs, Scott McKay, à quelques heures du début d’une consultation publique qui s’amorce ce soir à Baie-Comeau sur la protection de 50 % du territoire du Plan Nord. « Il faut espérer que cette consultation n’est pas pipée d’avance et ne s’inscrit pas dans une opération de marketing. Ces consultations seront le reflet de la réelle volonté de protection du territoire du gouvernement pour le Plan Nord et de sa capacité à être à l’écoute des inquiétudes et des propositions de la population québécoise et des communautés concernées », a affirmé M. McKay.

Pour l’opposition officielle, il est impératif que le développement nordique se fasse en associant les communautés locales. Or, jusqu’à présent, le gouvernement libéral a échoué, comme le soulignait le député d’Ungava et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement nordique, Luc Ferland, après avoir échangé avec ses concitoyens. « Au-delà des annonces du premier ministre Jean Charest concernant quelques projets d'infrastructures et des tournées promotionnelles en dehors du Québec, bien peu d'informations régionales ont permis aux citoyens de se faire une idée précise de ce que ce Plan Nord représente pour la région du Nord-du-Québec. Il n'est pas normal qu'un projet de cette envergure demeure méconnu pour les résidants de la principale région concernée », a-t-il souligné.

L’application du 50 % doit se faire avec intelligence

Le Parti Québécois prône une gestion intégrée des ressources. « La conservation constitue un moteur de développement économique. Il ne suffit pas de protéger 50% du territoire, il faut faire de cette protection un véritable levier de croissance pour les milieux touchés et tout le Québec. Ça doit devenir un grand chantier de développement durable pour le Québec. Les zones à protéger doivent être soumises à une analyse rigoureuse. Nous devons nous assurer que ce sont effectivement les territoires les plus importants qui feront l'objet de protection. En ce sens, les communautés locales sont les meilleures pour juger », a ajouté M. McKay.

« Le gouvernement libéral est sous surveillance, il est le champion de l’écoblanchiment! Mais derrière les beaux principes environnementaux et les beaux documents en papier glacé, il doit y avoir du concret et du tangible pour les régions du Québec qui sont au cœur du Plan Nord. Jusqu’à présent, la seule chose dont sont témoins les citoyens de ces régions, ce sont des missions à l’étranger du premier ministre », a conclu Scott McKay.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?