Daniel Lebel, candidat du Parti Québécois dans Drummond–Bois-Francs
jeudi 6 mars, 2014
Facebook
Twitter

Drummondville – La première ministre du Québec et chef du Parti Québécois, Pauline Marois, présente son candidat dans la circonscription de Drummond–Bois-Francs, Daniel Lebel.

« Je suis heureuse de compter Daniel dans l’équipe du Parti Québécois. Je suis convaincue que cet ingénieur et homme d’affaires saura gagner la confiance de ses concitoyens dans la circonscription de Drummond–Bois-Francs. Il sera un atout indéniable dans la poursuite de notre lutte contre la corruption et la collusion », a déclaré Pauline Marois.

Daniel Lebel était président de l’Ordre des ingénieurs du Québec depuis 2012. Il a fondé en 2000 Maninge Groupe-Conseil, une entreprise spécialisée en génie industriel située à Drummondville. M. Lebel détient un baccalauréat en génie mécanique de l’École de technologie supérieure.


« Je suis fier de m’engager aux côtés de Pauline Marois et de son équipe. Plusieurs projets structurants se sont concrétisés à Drummondville depuis l’arrivée du gouvernement du Parti Québécois, que l’on pense seulement au campus universitaire de l’UQTR à Drummondville, au Centre de foires ou au nouveau Centre famille-enfant du CSSS de Drummond. Tout cela en 18 mois seulement. Mais, surtout, ce sont les actions concrètes du gouvernement de Pauline Marois pour combattre la corruption et la collusion dans le secteur de la construction qui me motivent à m’engager politiquement. Les gens de Drummond–Bois?Francs peuvent compter sur moi et sur mon intégrité pour défendre leurs intérêts », a indiqué Daniel Lebel.

Pauline Marois a tenu à rappeler les décisions qu’a prises le gouvernement du Parti Québécois en matière d’intégrité. « Le premier engagement du gouvernement était de lutter contre la corruption. En 18 mois, nous avons réparé le gâchis laissé par 9 ans de gouvernement libéral », a-t-elle souligné.

La première loi déposée par le gouvernement a été la loi favorisant l’intégrité en matière de contrats publics. Notons qu’après plus de 4000 vérifications effectuées et 235 autorisations de contracter délivrées par l'Autorité des marchés financiers en un an, les effets sur les pratiques des entreprises faisant affaire avec l’État sont déjà tangibles. En effet, le coût des contrats baisse, ce qui entraîne des économies pour les Québécois.


Parmi les actions posées par le gouvernement, outre la réforme du financement des partis politiques, mentionnons un nouveau plan d’action sur la gestion des contrats au ministère des Transports – qui a permis des économies de 240 M$ en un an –, la loi 10 permettant de relever de ses fonctions un élu municipal accusé au criminel, et le dépôt d’un projet de loi permettant de recouvrer les sommes payées injustement par l’État à l’industrie de la construction. Le gouvernement a également éliminé le placement syndical et introduit un nouveau service de référence de l’industrie de la construction.

« La nouvelle culture gouvernementale quant à la lutte contre la corruption et la collusion apporte déjà des résultats concrets, au bénéfice de tous les Québécois. Je suis fière de ces réalisations. Nous sommes déterminés à continuer cet important travail visant à maintenir le lien de confiance entre la population et ses institutions, afin de bâtir un Québec plus fort », a conclu la première ministre.

Il nous faut les moyens d’agir

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.