Crise climatique : Un plan global, ambitieux, détaillé, pragmatique
lundi 10 septembre, 2018
Facebook
Twitter

De passage au Musée du Fjord, à La Baie, le chef du Parti Québécois, Jean‑François Lisée, les candidats de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Sylvain Gaudreault (Jonquière), Mireille Jean (Chicoutimi), Marie-Annick Fortin (Dubuc), William Fradette (Lac-Saint-Jean), Thomas Gaudreault (Roberval), ainsi que les membres de l’équipe environnement, Marc Bourcier (Saint‑Jérôme), Daniel Breton (Saint‑Hyacinthe), Normand Beauregard (Louis-Hébert), Jacques Tétreault (Johnson) et Cédric Gagnon‑Ducharme (Borduas), ont présenté le plan le plus ambitieux jamais dévoilé par une formation politique d’importance pour faire face à la crise climatique. « Par-dessus tout, il faut avoir la volonté politique de le mettre en œuvre. Et on l’a, indiscutablement », a affirmé d’emblée le chef du Parti Québécois.

 

EN BREF

  • Le plan ambitieux du Parti Québécois pour lutter contre la crise climatique s’appuie sur 7 piliers principaux :

  •  La gouvernance : Premier ministre, Jean-François Lisée conservera la responsabilité du développement durable. Il fera adopter une loi affirmant la primauté de la compétence du Québec en matière d’environnement, et une loi « antidéficit climatique ». Les programmes du Fonds vert seront revus en profondeur.

  • Les transports : Nous miserons notamment sur l’électrification, le Grand Déblocage, le télétravail, le covoiturage, l’autopartage ainsi que sur les transports collectifs et actifs pour réduire significativement les émissions de GES.

  • L’aménagement du territoire : Le gouvernement du Parti Québécois s’assurera que l’urbanisme et l’aménagement de nos milieux de vie sont compatibles avec un environnement sain.

  • L’économie circulaire : Le gouvernement du Parti Québécois inclura les facteurs environnementaux dans les paramètres des appels d’offres publics et fera obstacle au cycle linéaire « fabriquer, consommer, jeter ».

  • L’industrie : Nous soutiendrons activement les entreprises innovantes qui contribuent à l’économie verte.

  • Les bâtiments : Nous relancerons la Charte du bois et ferons économiser les Québécois grâce à des habitations plus efficaces sur le plan énergétique.

  • Les hydrocarbures : Aucun nouveau projet d’hydrocarbures ne sera autorisé, et les permis d’exploration et d’exploitation seront graduellement retirés.

     

« Jamais un gouvernement n’aura été aussi sérieux, aussi déterminé à lutter efficacement contre la crise climatique, à freiner la dégradation de notre environnement que le prochain gouvernement du Parti Québécois. Notre premier budget sera résolument celui du virage vert. Au-delà des discours qui sont trop souvent des incantations pour masquer l’inaction, nous, nous affirmons notre réelle volonté politique de léguer aux générations futures un Québec plus vert, un Québec chef de file mondial de la préservation de l’environnement et des technologies propres », a ajouté Jean-François Lisée.

 
De son côté, Sylvain Gaudreault a précisé que l’ensemble des mesures contenues dans le plan du Parti Québécois auront fait diminuer les émissions de GES de 12,7 millions de tonnes en 2025; c’est 23 % de moins que les taux de 1990. « Répondre adéquatement au réchauffement de la planète, c’est le défi de notre siècle. Aucun effort ne doit être ménagé pour atteindre nos cibles. Il en va non seulement de la qualité de vie de nos enfants et des leurs, mais aussi de la survie même de notre espèce. L’heure n’est plus aux "mesurettes" auxquelles nous ont habitués les libéraux. Quant à la CAQ, elle n’en tient même pas compte; le sujet est absent de son cadre financier », a‑t‑il déploré.

 

« En tant qu’entrepreneure, j’ai toujours accordé beaucoup d’importance à notre empreinte écologique collective. Si je suis ici, avec le Parti Québécois, c’est entre autres parce que nous sommes les plus sérieux en matière d’environnement. Nous l’avons été dans notre lutte contre l’oléoduc Énergie Est. Nous l’avons été lorsque nous avons courageusement choisi de tourner le dos au nucléaire. Nous le sommes de nouveau aujourd’hui, avec notre engagement ferme d’interdire tout nouveau projet d’hydrocarbures sur le territoire québécois », a par ailleurs indiqué Mireille Jean.

 

Particulièrement enthousiaste quant au plan présenté aujourd’hui, Daniel Breton est catégorique : « Enfin, du courage, de l’ambition! Chacune des mesures de notre plan accélérera la transition énergétique, devenue une urgence. On y retrouve également l’adoption d’une loi "antidéficit climatique", qui obligera désormais tous les gouvernements qui se succéderont au Québec à répondre de leurs actions environnementales devant une entité indépendante. Enfin, il n’y aura plus d’échappatoire possible », s’est-il réjoui.

 

« C’est simple : ce que nous proposons aux Québécois, aujourd’hui, c’est un changement de mentalité, le passage à une nouvelle ère. Dorénavant, toutes les actions du gouvernement seront envisagées sous l’angle de la transition énergétique ou de la lutte contre le réchauffement planétaire. Nous en ferons une obsession. C’est notre devoir envers les générations futures », a conclu Jean-François Lisée.

La plateforme climat du Parti Québécois est disponible à :

https://fichiers.pq.org/election2018/plateforme/PQ-Plateforme-climat7.pdf