Crédits budgétaires - Le gouvernement se traîne les pieds en ce qui concerne la politique nationale du sport, du loisir et de l’activité physique
samedi 25 avril, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Labelle et porte-parole de l’opposition officielle en matière de saines habitudes de vie, de loisirs et de sports, Sylvain Pagé, déplore la lenteur du gouvernement libéral dans le dossier de la mise sur pied d’une politique nationale du sport, du loisir et de l’activité physique.

« Non seulement le ministre François Blais repousse à l’automne l’adoption d’une telle politique, mais il admet de surcroît que peu d’argent sera disponible pour le plan d’action. Nous avions accompli une somme considérable de travail pour faire du Québec l’une des nations les plus en forme au monde, avec la précieuse collaboration de centaines de partenaires de toutes les régions du Québec; que l’aboutissement de tous ces efforts soit constamment remis à plus tard, depuis l’élection des libéraux, c’est particulièrement désolant », a déclaré Sylvain Pagé.

« Le plan d’action doit être ambitieux; nous devons interpeller tous les acteurs québécois, et ce, du CPE au CHSLD. Malheureusement, le gouvernement manque vraiment de leadership dans ce dossier. La sédentarité est un fléau grandissant, et les libéraux devraient comprendre que nous pourrions sauver plus de 1,5 milliard de dollars par année en luttant contre l’obésité et en encourageant les saines habitudes de vie. Il faut agir maintenant », a ajouté le député.

Par ailleurs, tout comme son prédécesseur, le ministre François Blais n’a pu expliquer de quelle façon seront utilisés les 900 millions de dollars inscrits au PQI 2015-2025. Il n’a pas non plus été en mesure de démontrer que son gouvernement avait fait la moindre représentation pour que les infrastructures récréatives et sportives soient admissibles au prochain Programme d’aide financière Fonds Chantiers Canada-Québec. « Manifestement, le ministre ne semble pas saisir l’ampleur de ses dossiers et, malheureusement, les Québécois devront encore attendre », a conclu Sylvain Pagé.