Crédit d'impôt pour solidarité : le Parti Québécois obtient une victoire au bénéfice des plus démunis
mardi 19 avril, 2011
Facebook
Twitter

Québec - Le Parti Québécois est heureux d'annoncer que le gouvernement libéral renonce à son projet de rendre obligatoire l'inscription au dépôt direct pour les personnes admissibles au crédit d'impôt pour solidarité et qui n'ont pas la possibilité d'avoir un compte bancaire.

« Ces conditions pénalisaient des milliers de personnes démunies. Par son entêtement, le gouvernement libéral allait exclure volontairement de ce programme les plus vulnérables de notre société. Cette volte-face est une bonne nouvelle. L'ennui, c'est qu'il a fallu insister à maintes reprises et l'intervention de la Protectrice du citoyen pour que le gouvernement se réveille enfin », a déclaré le député de Lac-Saint-Jean et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'emploi et de solidarité sociale, Alexandre Cloutier, après avoir entendu en commission parlementaire la ministre Julie Boulet passer aux aveux et confirmer la nouvelle.

L'opposition officielle est surprise d'ailleurs que le gouvernement libéral se soit caché pour annoncer l'abandon des conditions restrictives qu'il avait imposées dans le budget Bachand en 2010. « Il aura fallu intervenir à l'étude des crédits ces derniers jours et tirer les vers du nez aux fonctionnaires et aux ministres du Revenu et de la Solidarité sociale pour enfin apprendre cette nouvelle orientation. C'est plutôt étonnant et c'est à se demander si ce n'était pas l'intention du gouvernement de ne pas publiciser cette nouvelle pour limiter le nombre de bénéficiaires au programme », a soutenu le député de Rimouski et porte-parole en matière de revenu, Irvin Pelletier.

Rappelons que le crédit d'impôt pour solidarité regroupe en un seul crédit le crédit pour TVQ, le crédit pour particulier habitant un village nordique et le remboursement d'impôts fonciers. Ce crédit sera maintenant versé mensuellement à compter de juillet 2011. « Avec toutes les hausses de tarifs des derniers mois et des dernières années imposées par le gouvernement Charest, il était inadmissible qu'il veuille faire des économies sur le dos des plus démunis », a indiqué Alexandre Cloutier.

Programme Action: une modification salutaire

Le Parti Québécois a également obtenu un autre gain ce matin : la ministre Boulet a annoncé qu'elle modifierait le programme Action, issu d'une fusion des programmes Devenir et Interagir.

« Bien qu'elle ait nié pendant des semaines que cette fusion n'avait aucun impact sur l'aide apportée, la ministre Boulet reconnaît aujourd'hui que ce programme abandonnait des centaines de personnes désireuses de s'en sortir. Cette autre volte-face de Mme Boulet, qui vient de renverser la décision de son prédécesseur, Sam Hamad, n'est pas vaine et aidera à la protection des plus démunis de notre société, bien que beaucoup reste encore à faire », a conclu le député de Lac Saint-Jean.