Coupes dans l'information régionale à Radio-Canada - La ministre Hélène David va-t-elle finalement agir auprès du gouvernement fédéral pour défendre les intérêts des Québécois?
vendredi 12 décembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Joliette et porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Véronique Hivon, interpelle la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, afin qu’elle agisse dans le dossier des compressions sans précédent imposées à Radio-Canada.

Ces coupes auront un impact encore plus important que ce à quoi on s’attendait, a-t-on appris hier. En effet, dans plusieurs régions du Québec, les téléjournaux seront amputés de 30 minutes. Encore une fois, parce qu’elles perdront une part importante des ressources accordées à l’information locale, les régions sont frappées de plein fouet.

« Depuis son arrivée au gouvernement, la ministre Hélène David n'a fait aucun geste concret dans le dossier de Radio-Canada, pas plus que dans celui de l’avenir de l’information régionale de manière générale. Il aura fallu une motion adoptée unanimement à l’Assemblée nationale pour qu’elle sorte de son mutisme. Qu'est-ce qu'elle entend faire? Est-ce qu'elle a parlé à son homologue fédérale? La motion adoptée à l'Assemblée nationale est claire : la ministre doit entreprendre une démarche auprès du gouvernement fédéral », a déclaré Véronique Hivon.

La motion adoptée le 26 novembre dernier soulignait l’apport important de Radio-Canada à la production culturelle, à l’information et au divertissement au Québec. Tous les partis représentés à l’Assemblée nationale avaient alors exprimé des inquiétudes face aux coupes et confirmé leur appui à Radio-Canada et à ses artisans.

« Les coupes imposées à Radio-Canada ne seront pas sans effet sur la qualité de la production culturelle et sur l'accès à l’information dans nos régions. Celle-ci est d’ailleurs un pilier essentiel de la démocratie. Le gouvernement libéral et la ministre de la Culture et des Communications doivent défendre les intérêts des Québécois devant Ottawa », a conclu la députée de Joliette.