Controverse à la Ville de Mascouche : l'éthique n'est pas importante pour le gouvernement Charest et François Legault
mercredi 16 mai, 2012
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Verchères et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'affaires municipales, Stéphane Bergeron, s'est montré étonné que la CAQ de François Legault se range derrière le ministre Laurent Lessard afin de protéger le maire de Mascouche et ex-candidat du Parti libéral du Québec, Richard Marcotte, malgré les graves accusations d'abus de confiance, de corruption, de fraude et de complot pour fraude qui pèsent contre lui.

« Le principe de précaution en droit ne va pas à l'encontre de la présomption d'innocence. Nous ne voulons pas le forcer à démissionner, même s'il serait sage de sa part de le faire par lui-même. Nous demandons au gouvernement d'intervenir pour que le maire se retire du conseil municipal, du moins temporairement », a déclaré Stéphane Bergeron.

Le député souligne qu'il est possible d'agir. En effet, le Procureur général peut intenter une action en déclaration d'inhabilité du maire de Mascouche. Le gouvernement pourrait aussi assujettir la Ville de Mascouche au contrôle de la Commission municipale du Québec.

« Une saine gestion d'une administration municipale nécessite un minimum de confiance envers les élus. Or, dans le cas actuel, les conseillers municipaux sont unanimes et demandent le départ du maire Marcotte », fait remarquer le député de Verchères.

« Il n'est pas surprenant de constater que le gouvernement libéral protège un ex-candidat libéral. Après tout, il fait partie de la famille. Ce qui surprend, c'est l'appui de François Legault et de la CAQ pour protéger le maire de Mascouche. Que le gouvernement libéral n'ait pas d'éthique, nous le savions; ce qu'on apprend aujourd'hui, c'est que la CAQ n'en a pas non plus. C'est troublant », a conclu Stéphane Bergeron.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?