Contrats d’approvisionnement de pylônes d’Hydro-Québec - Le gouvernement libéral doit exiger d’Hydro-Québec le maintien des emplois en région
jeudi 29 janvier, 2015
Facebook
Twitter

Québec – À la suite de la décision d’Hydro-Québec d’ouvrir à l’international ses contrats d’approvisionnement de pylônes, le député de Marie-Victorin et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie et de ressources naturelles, Bernard Drainville, et le député de Saint-Jérôme et porte-parole en matière d’économie, d’entrepreneuriat, de PME et d’exportations, Pierre Karl Péladeau, exhortent le gouvernement libéral à exiger d’Hydro-Québec qu’elle maintienne au Québec l’expertise et les centaines d’emplois associés à la fourniture d’équipements stratégiques.

Plusieurs PME offrant des emplois bien rémunérés sont menacées par cette décision d’Hydro-Québec. On parle de près de 1000 personnes dans les régions de la Montérégie, du Centre-du-Québec et de la Capitale-Nationale qui pourraient voir leur emploi disparaître.

« Hydro-Québec, comme la Caisse de dépôt, a une mission économique qu’elle ne doit pas oublier. L’expertise que nous, nos entreprises et nos travailleurs avons développée au cours des années doit être conservée. Nous ne devons pas perdre cette force ni ces emplois », a déclaré Bernard Drainville.

L’inaction libérale doit cesser « Est-ce vraiment profitable pour le Québec d’envoyer à l’étranger les bénéfices générés, quand nous avons le pouvoir de trouver des formules qui enrichiront les Québécois? L’inaction des libéraux sur le plan économique a déjà entraîné le Québec dans un record de pertes d’emplois. Avant que la situation empire, le gouvernement a encore le temps d’intervenir pour défendre les intérêts du Québec », a déclaré, de son côté, Pierre Karl Péladeau.

« La CAQ s’est toujours opposée à l’implication d’Hydro-Québec dans le développement économique des régions; par exemple, elle est contre le développement d’une filière spécialisée dans le domaine éolien. Va-t-elle encore aujourd’hui abandonner les PME québécoises et les centaines de travailleurs qu’elles embauchent? », a conclu Bernard Drainville.

Rappelons que dans le cadre de la négociation de l’entente de libre-échange avec l’Europe, le gouvernement du Parti Québécois s’était assuré de préserver le droit du Québec d’adopter ou de maintenir toute mesure encourageant la sous-traitance locale dans le cas des contrats de construction octroyés par Hydro-Québec, nommément en ce qui concerne les pylônes, les turbines, les transformateurs, les fils électriques ainsi que les appareils de distribution ou de commande de l’électricité.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?