Consultations sur le projet de loi 14 : la dilapidation de nos ressources se poursuivra avec le projet de loi 14
vendredi 26 août, 2011
Facebook
Twitter

Québec – À la suite des consultations particulières tenues cette semaine sur le projet de loi 14 sur les mines, la députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de mines, Martine Ouellet, en arrive à une conclusion évidente : le projet de loi sur les mines ne règle en rien la dilapidation de nos richesses naturelles.

L’importante question des redevances est encore absente du projet de loi 14, tout comme elle l’était dans le défunt projet de loi 79. Un an et deux consultations plus tard, nous en sommes au même point. « Le gouvernement libéral n’a pas écouté la population. Malgré l’affirmation du premier ministre Jean Charest en mai dernier à l’effet qu’il était prêt à débattre de la question des redevances dans le projet de loi 14, le ministre Simard a jusqu’ici fermé la porte », a indiqué Martine Ouellet.

« La majorité des groupes est venue nous dire que les redevances n'étaient pas suffisantes. Il faut que le Québec et les régions profitent de l'exploitation de nos richesses naturelles. Malheureusement, le gouvernement Charest fait du développement économique digne de l'époque du colonialisme. Il nous ramène carrément à l'époque de Duplessis et même pire! Au moins à cette époque les minières construisaient leurs infrastructures à leurs frais, maintenant avec le Plan Nord, c’est toute la population qui payera », a affirmé Martine Ouellet.

« Le gouvernement Charest, par la voix de son ministre délégué aux Ressources naturelles et à la Faune, devra refaire ses devoirs et procéder à une refonte complète de son projet de loi pour y intégrer l’importante question des redevances afin que le Parti Québécois l’appuie. Les richesses naturelles appartiennent à tous les Québécois et nous devons absolument en reprendre le contrôle dès maintenant », a déclaré la députée de Vachon.

« D’autres enjeux tels la transparence, l’indépendance des consultations, l’expropriation, l’exclusion des zones urbaines et de villégiature à l’exploration et le niveau des amendes ont aussi été abordés durant cette consultation. Le projet de loi n’est pas à la hauteur et il est clair que des modifications majeures sont nécessaires pour assurer une meilleure protection de l’environnement et le respect des communautés locales », a conclu Martine Ouellet.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?