Commission parlementaire sur le BAPE : Daniel Breton confirme la version des cinq commissaires sur sa visite au BAPE : ni ingérence, ni intimidation
mercredi 24 avril, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Convoqué à la Commission des transports et de l’environnement relativement au mandat octroyé visant à faire la lumière sur les événements survenus le 24 octobre dernier concernant les allégations d’interventions de l’ancien ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, le député de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Daniel Breton a nié en bloc les allégations d’intimidation et d’ingérence rapportées à son endroit.

Conformément au témoignage des cinq commissaires entendus par la commission, le député a affirmé sous serment que la visite s’est déroulée sous le signe de la courtoisie, dans le sens le plus strict du terme. « Je suis allé rendre visite aux employés du BAPE de la même façon que je l’ai fait pour ceux de Recyc-Québec: afin de saluer leur travail pour la société québécoise. Il n’y a pas eu d’intimidation, ni d’ingérence, tel que l’ont affirmé sous serment les cinq commissaires », a expliqué le député de Sainte-Marie-Saint-Jacques. Dans le même souffle, le député a nié vigoureusement avoir demandé quelque numéro de téléphone des commissaires: « Je n’ai jamais demandé ni obtenu les numéros de téléphones des commissaires du BAPE », soutient Daniel Breton.

Pendant son témoignage, le député a tenu à souligner le caractère kafkaïen de la commission parlementaire convoquée par l’opposition officielle: « L’opposition officielle, qui a attendu plus de deux ans avant de déclencher une enquête publique sur la corruption dans l’industrie de la construction, n’a pourtant pas hésité une seconde à déclencher cette commission, remettant en cause ma parole comme député. Je dis la vérité depuis six mois déjà. Il n’y a rien de plus sourd que quelqu’un qui ne veut rien entendre », a tonné le député dans son témoignage.

En réponse aux questions des députés de l’opposition officielle, monsieur Breton a finalement démontré que d’anciens ministres de l’Environnement sous le précédent gouvernement libéral s’étaient publiquement ingérés, quant à eux, sur des mandats sous la juridiction du BAPE:

  • En 2005, Thomas Mulcair s’était prononcé en faveur du projet de la construction du pont de l’autoroute 25 avant que le BAPE ne tienne ses consultations;
  • En 2006, Claude Béchard, à peine nommé ministre, s’était aussi prononcé en faveur du projet Rabaska avant que le BAPE ne tienne ses consultations;
  • En 2011, l’actuel député de Mont-Royal, Pierre Arcand, a vanté les vertus du gaz de schiste avant la remise du rapport d’enquête au BAPE.

Le mandat octroyé à la Commission des transports et de l’environnement visant à faire la lumière sur les événements survenus le 24 octobre dernier concernant les interventions du ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs auprès du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement termine sa séance à 18h00 aujourd’hui.

Visionnez l'intervention de Daniel Breton à la Commission des transports et de l’environnement.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?