Commission parlementaire spéciale sur la violence sexuelle contre les femmes - La suggestion du Parti Québécois reçoit des appuis
jeudi 13 novembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – La députée d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’opposition officielle en matière de condition féminine, Carole Poirier, se réjouit des appuis que reçoit la motion qu’elle a déposée, mardi, à l’Assemblée nationale, proposant l’instauration d’une commission parlementaire spéciale sur la violence sexuelle contre les femmes.

« Les regroupements nationaux de femmes se sont déclarés ce matin en faveur de la proposition que j’ai soumise mardi. Je suis heureuse de constater qu’il y a une volonté partagée par la société civile de tenir une réflexion profonde sur les causes et les conséquences de la violence à caractère sexuel, ainsi que sur les façons adéquates de la prévenir. La violence faite aux femmes est inacceptable. Nous devons collectivement – car c’est un enjeu de société – nous pencher sur la question, évaluer l’efficacité des outils actuels, et déterminer ceux à mettre en place pour y remédier.

La députée a tenu à rappeler que cette discussion nécessaire doit se tenir rapidement. Elle a d’ailleurs rencontré la ministre responsable de la Condition féminine et la députée de Gouin, hier soir, afin d’examiner les modalités selon lesquelles cette commission pourrait être mise en place.

« La récente vague de dénonciations d’agressions sexuelles dans les médias et sur les réseaux sociaux nous interpelle tous. Je souhaite que la discussion sociétale que l’on peut espérer avec une commission parlementaire spéciale se fasse de façon ouverte, et qu’elle permette à tout le monde de prendre la parole. Il est important que les hommes aussi soient inclus dans la démarche. Enfin, cette commission doit nous permettre de mieux cerner les formes de violence et de harcèlement de nature sexuelle, afin que nous puissions les contrer adéquatement », a conclu Carole Poirier.