Comité de l'évaluation environnementale stratégique sur les gaz de schiste : une autre patente à gosse libérale
mardi 15 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Longueuil – La porte-parole du Parti Québécois en matière de mines et de gaz de schiste, Martine Ouellet, était présente hier à la deuxième rencontre publique du Comité de l’évaluation environnementale stratégique (ÉES) à Longueuil. « Les travaux de consultation du Comité de l'ÉES ont très mal débuté. Des rencontres annoncées à la toute dernière minute, au moyen d’Internet, en pleine période des fêtes, ça ne fait pas tellement sérieux. C'est une insulte à l'intelligence des citoyens! », s’est indignée la députée de Vachon.

« Le Comité de l'ÉES doit refaire ses devoirs. Si la démarche est sérieuse et pas simplement une patente visant à faire taire les citoyens, le comité devra faire trois demandes au gouvernement, soit instaurer dès maintenant un moratoire complet sur l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste; revoir la composition du comité; revoir son mandat », a-t-elle poursuivi.

Actuellement, les gazières avancent lentement, mais sûrement. Encore hier, la Commission de protection du territoire agricole du Québec a donné un avis favorable pour la construction d'un gazoduc pour rejoindre les deux puits de gaz de schiste de Saint-Édouard et de Leclerville. Les gazières pourront maintenant passer à la vente de gaz de schiste à Gaz Métro et donc à l'exploitation. Plusieurs gazières ont leur permis de fracturation et de forage et n'attendent que le bon moment pour procéder. « Pendant la rencontre à laquelle j’ai assisté hier, un citoyen a demandé aux membres du comité s’ils accepteraient d'avoir un puits de gaz de schiste à côté de chez eux et chacun des membres a répondu qu'il ne serait pas intéressé, a ajouté la députée du Parti Québécois. Il me semble que c’est assez clair! »

« Par ailleurs, il est inacceptable que l'industrie gazière se retrouve sur le comité. Aucun membre lié directement ou indirectement à l'industrie ne doit siéger sur ce comité, puisqu’ils sont clairement biaisés, voire en conflit d'intérêts. Le code d'éthique du comité ne devrait pas tolérer une telle situation. C’est tout simplement indécent. La représentante de Talisman doit se retirer du comité. Un citoyen a demandé que chaque membre rende public tout conflit d'intérêts potentiel avec les gazières et nous trouvons qu’il s’agit d’une très bonne idée », a poursuivi Martine Ouellet.

Un document a été remis aux citoyens hier soir. En voici un extrait qui en dit long sur le mandat du comité : Pourquoi mener une évaluation stratégique sur les gaz de schiste au Québec? Pour combler le déficit de connaissance et dissiper les incertitudes.

À notre avis, le mandat devrait plutôt être le suivant : En fonction des impacts environnementaux et sur la santé, des impacts sociaux et économiques et également dans une vision énergétique globale, est-il souhaitable de développer l'industrie du gaz de schiste au Québec?