Comité de l'ÉES sur les gaz de schiste : « La tentative de sauvetage du ministre Arcand n'est pas crédible », selon Scott McKay et Martine Ouellet
jeudi 11 août, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « Le Parti Québécois juge tout à fait insuffisante l’annonce de la nomination, par le ministre Arcand, d’un nouveau membre issu du milieu écologiste sur le comité de l’Évaluation environnementale stratégique sur les gaz de schiste. Avec les gazières qui sont toujours présentes, le comité n’est toujours pas crédible. Les gazières ne peuvent pas être juges et parties. Il faut associer le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement à l’ÉES tout comme l’ont demandé plus de 10 000 citoyens qui ont manifesté dans les rues de Montréal en juin dernier », ont déclaré Scott McKay, député de L’Assomption et porte-parole de l’opposition officielle en matière de mines, et Martine Ouellet, députée de Vachon et porte-parole en matière d’environnement, de développement durable, de parcs et d’eau.

On se rappellera que les citoyens présents à la manifestation du 18 juin dernier avaient trois revendications, soit :

  • l’imposition immédiate d’un véritable moratoire sur toutes les activités de forage et de fracturation hydraulique pendant toute la durée de l’ÉES;
  • l’ajout des représentants des groupes de citoyens et des groupes environnementaux au comité de l'ÉES;
  • rendre le fonctionnement de ce comité transparent et y associer le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement.

« L'annonce faite hier par le ministre vient confirmer que le gouvernement a délibérément écarté la presque totalité des demandes. C’est totalement inacceptable et malheureusement cela nous prouve une fois de plus que le gouvernement libéral n’entend pas les doléances de la population », a ajouté M. McKay.

« De plus, comme il n’y a pas de moratoire, les activités de forage se poursuivent et certains puits déjà forés posent encore des problèmes importants de fuites de gaz. Pour leur part, les gazières continuent leurs plans de forage comme si de rien n'était. Il y a des risques de contamination de l’eau et de pollution de l’air », a ajouté Martine Ouellet.

« Le ministre Arcand manque une belle occasion de rétablir le lien de confiance avec la population. Quand le gouvernement libéral va-t-il enfin cesser de défendre les intérêts privés des gazières? », a conclu Scott McKay.