Charte de la langue française : le Parti Québécois agit pour le français au travail
lundi 7 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Drummond et porte-parole de l’opposition officielle en matière de langue, Yves-François Blanchet, a déposé aujourd’hui à l’Assemblée nationale le projet de loi 591 qui vise à confirmer l’assujettissement des filiales des organismes gouvernementaux aux dispositions de la Charte de la langue française applicables à l’Administration et à assortir la Charte à un mécanisme de rapport à l'Assemblée nationale.

Récemment, nous apprenions que deux cadres supérieurs d'Ivanhoé Cambridge, filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec, étaient unilingues anglophones. Des employés de cette filiale se sont d’ailleurs plaints auprès de l’Office québécois de la langue française. « Trente-quatre ans après l’adoption de la loi 101, il est parfaitement inadmissible que de telles situations persistent. Il est donc nécessaire de pallier la fausse interprétation que fait la Caisse de dépôt et placement du Québec de la Charte, sous l'oeil complice du gouvernement », a précisé Yves-François Blanchet.

Ce projet de loi prévoit aussi que la ministre responsable de l’application de la Charte de la langue française doit, au plus tard le 1er février 2013 et par la suite tous les quatre ans, faire au gouvernement un rapport sur l’application de la Charte et le déposer à l’Assemblée nationale afin qu’il soit étudié par la commission parlementaire compétente.

« Il est tout à fait incongru et anormal que sur deux sujets aussi sensibles que la langue et l’application de la Charte de la langue française, la ministre responsable n’ait pas à faire rapport à l’Assemblée nationale. Nous souhaitons nous assurer que ce soit désormais le cas », a expliqué le député.

« Le programme du Parti Québécois est clair. Un gouvernement souverainiste adoptera une nouvelle loi 101. La situation linguistique ne cesse de se dégrader à Montréal. L’anglicisation de la métropole est manifeste et cette situation a désormais tendance à faire tache d’huile dans les régions limitrophes », a ajouté le député. Le porte-parole de l’opposition officielle rappelle avoir fait récemment la démonstration à la ministre responsable de l’application de la Charte de la langue française, Christine St-Pierre, lors d’une interpellation, que la situation se dégrade rapidement, notamment en ce qui concerne la langue d’affichage et en particulier dans sa propre circonscription.

« Devant cette situation, nous avons un gouvernement qui ne prend aucune mesure pour consolider notre langue, qui ne juge pas nécessaire d’investir davantage dans la francisation des immigrants, allant même jusqu'à renoncer à en faire une sélection efficace, et qui se déshonore en imposant par bâillon un projet de loi pour légitimer les écoles passerelles, la vente du droit de ne pas respecter la loi », a ajouté Yves-François Blanchet.

« Seul le Parti Québécois a la volonté et la crédibilité pour défendre notre langue nationale. Les libéraux et les caquistes-adéquistes regardent passivement le français se folkloriser pour ne déplaire à personne. Il est évident que le gouvernement de Jean Charest et la ministre Christine St-Pierre n’ont aucune volonté d'appliquer les lois en matière de protection de notre langue et font preuve d’une incurie irresponsable en la matière. Nous, nous agissons dès maintenant. Ce projet de loi n’est que la première étape », a conclu le député de Drummond.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?