Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke - Le ministre Réjean Hébert annonce un rehaussement de l'offre de service en échographie
lundi 16 décembre, 2013
Facebook
Twitter

Sherbrooke – Le ministre de la Santé et des Services sociaux, ministre responsable des Aînés et ministre responsable de la région de l'Estrie, le docteur Réjean Hébert, a annoncé aujourd'hui un rehaussement important de l'offre de service en échographie au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke. « En Estrie comme ailleurs au Québec, nous tenons à résorber les listes d'attente en échographie, de sorte que les patients puissent avoir accès à ce type d'examen en imagerie médicale dans un délai raisonnable. Ce développement contribue aussi au renforcement de notre réseau de santé public », a expliqué le docteur Hébert.

L'allocation d'une somme récurrente de 289 000 $ par année permettra au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke d'ajouter à son effectif professionnel, en équivalence temps complet, trois technologues et un agent administratif affecté aux services d'échographie. Le ministre a en outre rappelé qu'un investissement de 545 000 $ a été réalisé en 2012 en vue de l'acquisition de trois nouveaux appareils d'échographie. Il sera ainsi possible de réaliser, chaque semaine, 110 examens supplémentaires en échographie générale, et une trentaine de plus en échographie vasculaire, ce qui correspond à un volume supplémentaire d'au moins 6 000 examens par année.

Un plan global

Comme l'a précisé le ministre, l'annonce d'aujourd'hui s'inscrit dans un plan global d'amélioration de l'accès à l'échographie, plan qui vise à augmenter l'offre de service dans les établissements publics, et ce, avec la participation active des établissements du réseau et des agences de la santé et des services sociaux. Ces mesures ont notamment pour objectif de parvenir à respecter la cible d'un maximum de trois mois d'attente pour les cas électifs, et ce, au cours de l'année 2014. Des annonces suivront prochainement dans d'autres régions. Les formules retenues pourront varier selon les milieux, comprenant par exemple l'optimisation des processus, l'achat d'équipement et l'ajout de personnel, notamment le soir.

Ces mesures annoncées s'inscrivent dans une volonté plus large du gouvernement de rehausser l'offre de service dans le système de santé public. « Nous misons résolument sur les ressources de notre réseau public pour déployer une offre de service solide, que cela soit en améliorant l'accès à l'échographie ou encore en développant davantage l'offre de service aux femmes et aux couples du Québec qui doivent recourir à la procréation assistée. C'est pourquoi j'annonce aussi que le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke est autorisé à développer son offre de service pour la procréation médicalement assistée », a annoncé le ministre.

Projet d'agrandissement

Par ailleurs, le ministre Hébert a annoncé que le projet du Centre Femme-Jeunesse-Famille et de l'urgence de l'Hôpital Fleurimont venait de franchir une nouvelle étape. En effet, le Centre hospitalier de l'Université de Sherbrooke a été autorisé à préparer le dossier d'affaires initial pour la construction de ces nouvelles installations. L'établissement pourra ainsi embaucher les professionnels devant préparer le plan fonctionnel et technique par lequel seront précisés les paramètres cliniques et immobiliers de cette initiative de premier plan.

Le projet d'agrandissement prévoit une construction d'environ 23 000 mètres carrés pour accueillir les services d'hospitalisation du Centre Femme-Jeunesse-Famille, les services de pédopsychiatrie ambulatoire, la nouvelle urgence et un nouveau hall d'entrée. Les travaux de construction sont évalués à plus de 100 millions de dollars, un montant qui exclut le coût de l'équipement et les autres frais financiers, de gestion et de risques associés à un tel projet. Plusieurs étapes du processus d'autorisation restent bien sûr à franchir avant sa concrétisation, la prochaine consistant en l'approbation du dossier d'affaires initial par le Conseil des ministres. Cette initiative majeure s'inscrit dans le cadre du Plan québécois des infrastructures.

« Il s'agit d'un rehaussement important de l'offre de service du Centre hospitalier de l'Université de Sherbrooke, aussi bien pour les soins d'urgence que pour la périnatalité. Cet investissement confirme notre volonté d'assurer à la population de l'Estrie comme à celle de tout le Québec des soins spécialisés de la plus haute qualité possible », a conclu le ministre de la Santé et des Services sociaux.