Carrefours jeunesse-emploi - Le Parti Québécois déplore l’ultimatum du gouvernement
mardi 25 novembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Saint-Jean et porte-parole de l’opposition officielle en matière d'emploi, de formation professionnelle, d'alphabétisation et de jeunesse, Dave Turcotte, déplore la méthode du gouvernement libéral pour faire avaler sa réforme aux carrefours jeunesse-emploi (CJE).

« Les carrefours jeunesse-emploi ont reçu, hier, une lettre leur demandant de s’engager, avant le 3 décembre, à signer une entente de services, mais sans en connaître les détails. En agissant ainsi, le gouvernement met ni plus ni moins le fusil sur la tempe des artisans des CJE. Il leur dit : "signez, ou nous ferons affaire avec d’autres ressources externes", tout comme le ministre l’avait mentionné lors de notre dernier débat à ce sujet à l’Assemblée nationale. Les CJE et leurs conseils d’administration sont inquiets et déçus de cette façon de faire », a déclaré Dave Turcotte.

Le député mentionne toutefois que le gouvernement a reculé en ce qui a trait aux jeunes ne recevant pas d’aide sociale ou d’assurance-emploi; au départ exclus de la réforme du ministre François Blais, ceux-ci peuvent maintenant espérer une certaine ouverture.

« Il n’y a par contre aucune garantie du maintien des ressources et de la mission des CJE. Il aurait été tellement plus simple de leur demander de porter une attention particulière aux jeunes qui sont les plus éloignés du marché du travail, tout en leur assurant un soutien pour l’ensemble de leur mission. C’est un débat de structures, initié et poursuivi par le gouvernement, qui ne tient pas compte des particularités de la mission des CJE, ni du lieu où ils sont implantés. Nous allons continuer à nous battre pour qu’aucun jeune ne soit mis de côté et pour que les CJE soient appuyés dans leur travail », a conclu Dave Turcotte.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?