Cadeaux préélectoraux - Plus de deux ans d’austérité malgré des coffres pleins
jeudi 1 février, 2018
Facebook
Twitter

Québec, le 1er février 2018 –  Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, et le porte-parole en matière de finances, Nicolas Marceau, accusent le gouvernement libéral d’avoir menti aux Québécoises et aux Québécois en plus de les avoir privés de services essentiels, alors que les coffres de l’État sont bien garnis depuis le mois d’août 2015.

 

 EN BREF

  • Le gouvernement Couillard accumule les surplus budgétaires depuis l’été 2015.
  • Pourtant, ce n’est que l’hiver dernier qu’il a déclaré « la fin de l’austérité ».
  • Depuis août 2015, les libéraux mentent aux Québécoises et aux Québécois, tentant de justifier des coupes draconiennes dans les services qui servent en réalité à financer leurs bonbons électoraux.
  • Le Parti Québécois, lui, dit la vérité aux Québécois : on ne peut pas à la fois baisser les impôts et améliorer les services.

 

 

« Les rapports du ministère des Finances démontrent que depuis le 31 août 2015, on enregistre des surplus budgétaires. À ce moment, il y avait près de un milliard de dollars de surplus dans les coffres de l’État. Et, depuis cette date, l’argent n’a fait que s’accumuler. Pourtant, les libéraux ont accéléré la cadence des coupes dans tous les secteurs », a souligné Jean-François Lisée.

 

Lors de la mise à jour économique et financière de novembre 2015, pour justifier leurs choix, les libéraux ont menti aux Québécoises et aux Québécois. « Le budget de mars 2016 a été le point culminant de ce mensonge. Le ministre des Finances a alors affirmé que le gouvernement ne cachait pas de surplus, mais nous savons maintenant que l’année s’est terminée en affichant des excédents de 2,2 milliards de dollars. On a carrément caché les surplus au milieu de 600 pages de mensonges », a poursuivi Nicolas Marceau.

 

Pendant que les surplus s’accumulaient, le budget d’à peu près tous les ministères a été réduit. « En éducation, les enfants qui ont été privés des professionnels dont ils avaient besoin ont pris un retard qu’ils pourront difficilement rattraper. Et la misère dans laquelle ont été laissés nos aînés, dénoncée à maintes reprises par la protectrice du citoyen, ne sera pas effacée par les réinvestissements annoncés, qui s’avèrent nettement insuffisants », a par ailleurs illustré le député.

 

« Puis, comme par hasard, ajoute-t-il, à moins d’un an des élections, les libéraux annoncent qu’il y a des surplus. Juste à temps pour le déclenchement officieux de la campagne électorale libérale. La vérité, c’est que les baisses d’impôt annoncées l’automne dernier ont été payées par les contribuables et par les coupes draconiennes des trois dernières années effectuées dans les services. Elles ont été financées par des mensonges. Philippe Couillard lui-même l’a avoué : "C’est à vous, cet argent‑là. C’est vous qui l’avez envoyé et on trouve qu’on n’avait pas besoin de tout l’argent que vous nous avez envoyé pour faire la job comme il faut. Donc, on vous en redonne." Les gens doivent le savoir : le PLQ a négligé injustement les malades, les élèves et les aînés dans l’objectif de financer ses élections de 2018 grâce aux surplus », a insisté Nicolas Marceau.

 

Le Parti Québécois, lui, n’hésite pas à dire la vérité aux Québécois : il est absurde de prétendre qu’on peut à la fois améliorer les services et baisser les impôts, comme le font le PLQ et la CAQ. « Nous, nous voulons un État fort au service des gens, un État fort pour notre nation. C’est le choix que nous avons fait », a conclu le député.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?