Brouilleurs d’ondes - Où en est la ministre de la Sécurité publique?
mercredi 14 octobre, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Alors que des inquiétudes en lien avec la sécurité autour des centres de détention québécois se font ressentir, le porte-parole du Parti Québécois en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé, demande à la ministre Lise Thériault de nous indiquer clairement où elle en est quant à l’installation de brouilleurs d’ondes cellulaires.

Rappelons que le gouvernement Marois avait interpellé les autorités fédérales afin d’obtenir l’autorisation d’utiliser ces appareils. « Nous voulons savoir exactement où en est la ministre dans ce dossier. Quelles actions a-t-elle entreprises? Est-ce qu’elle a fait des représentations auprès du fédéral? A-t-elle obtenu quelque chose? », a demandé Pascal Bérubé.

Nous apprenions cette semaine que le nombre de vols de drones au-dessus des centres de détention avait augmenté. « L’installation d’appareils pour brouiller les ondes cellulaires pourrait faire obstacle aux activités illégales de certains détenus. D’abord, cela rendrait inutilisables les cellulaires de contrebande, qui permettent aux criminels de poursuivre leurs activités illégales en prison et même de planifier une évasion. Le brouillage des ondes empêcherait aussi le survol des prisons par des drones, étant donné que le signal télécommandé ne pourrait plus être capté par l’engin volant », a expliqué le député.

« Les nouvelles inquiétantes s’accumulent, des agents correctionnels sonnent l’alarme. Quand la ministre va-t-elle prendre toutes les mesures nécessaires afin de rassurer la population et de prévenir des évasions ou d’autres événements malheureux? », a conclu Pascal Bérubé.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?