Bombardier - « Les Québécois se font avoir, avec la complicité de Philippe Couillard » – Pierre Karl Péladeau
mercredi 24 février, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Dans le dossier Bombardier, le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, juge que le premier ministre fait preuve d’un manque flagrant de respect envers les Québécois.

« Aussi incroyable que cela puisse paraître, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a investi 1,3 milliard dans Bombardier, mais sans demander quoi que ce soit en retour à l’entreprise. Quelques semaines plus tard, Bombardier annonce 2400 mises à pied au Québec, et ce, sans même avoir pris la peine d’en informer le gouvernement. De plus, le gouvernement a laissé tomber son recours visant à faire respecter la loi quant au maintien des activités d’entretien d’Air Canada au Québec, abandonnant du même coup les 1800 travailleurs d’Aveos », a rappelé le chef de l’opposition officielle.

« Hier, on nous confirmait qu’après avoir accepté l’argent du gouvernement, Bombardier fermera son centre d’essais en vol de la CSeries, la division même dans laquelle le gouvernement est partenaire. Donc, il n’y a que deux options possibles : ou bien le gouvernement, partenaire à 49,5 % de la CSeries, n’a aucun poids décisionnel dans l’entreprise et fait rire de lui, ou bien il a un pouvoir décisionnel, et il a approuvé ce transfert d’emplois du Québec au Kansas, malgré l’importante somme investie par les Québécois. Le premier ministre a été incapable de nous dire si son gouvernement, qui possède près de la moitié des actions de la CSeries et qui siège au conseil d’administration de Bombardier, a approuvé la fermeture du centre d’essais en vol et son transfert aux États-Unis. C’est pourtant son devoir de tenir informée la population », a conclu Pierre Karl Péladeau.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?