Bilan des dix premiers jours de campagne électorale : le Parti Québécois gagne la première période
vendredi 10 août, 2012
Facebook
Twitter

Montréal – Les candidats du Parti Québécois dans les circonscriptions de Gouin et Borduas, Nicolas Girard et Pierre Duchesne, se réjouissent de la direction que prend la campagne électorale. « Jean Charest a misé sur la période estivale pour déclencher la campagne électorale croyant que la population se désintéresserait de la politique. C'est tout le contraire qui se passe dans les villes et villages du Québec. L'enthousiasme des citoyens pour le Parti Québécois est confirmé. Les gens veulent se débarrasser de Jean Charest et élire un gouvernement intègre et compétent », ont-il affirmé.

« Pauline Marois fait une campagne positive. Elle va à la rencontre des citoyens partout au Québec et explique les engagements du Parti Québécois pour un Québec meilleur. Elle a déjà rencontré plusieurs milliers de citoyens, visité 28 circonscriptions et parcouru plus de 3000 kilomètres. À chacune des activités, elle est accueillie chaleureusement. Les gens ont le goût de changer de gouvernement et de plus en plus, c'est vers le Parti Québécois qu'ils se tournent », a spécifié Pierre Duchesne.

« Rarement a-t-on vu une équipe aussi compétente qui réunit des femmes et des hommes d'expérience provenant d'horizons aussi variés. Avoir réussi à recruter autant de têtes d'affiche démontre les qualités de leader et de rassembleuse de Pauline Marois. Cette équipe se rallie non seulement autour d'une chef intègre et compétente, mais aussi autour d'un projet emballant et des idées concrètes et novatrices pour faire avancer le Québec », a noté Nicolas Girard.

S'affirmer, s'enrichir et s'entraider

Ces trois mots résument bien le projet de société que nous proposons aux Québécois. Pour s'affirmer, nous allons défendre notre langue et notre culture et nous tenir debout devant Ottawa; pour s'enrichir, nous allons hausser les redevances sur les ressources naturelles et nous donner les moyens de redevenir maîtres chez nous; pour s'entraider, nous allons prendre soin des plus jeunes jusqu'aux plus âgés.

Depuis le début de la campagne, nous avons déjà pris des engagements concrets et réalistes:

  • Mettre fin à la corruption en assainissant le financement des partis politiques et en instaurant des élections à date fixe;
  • Annuler la hausse des droits de scolarité, tenir un sommet sur l'enseignement supérieur et abolir la loi 78;
  • Abolir la taxe santé de 400 dollars par famille;
  • Consacrer 500 millions de dollars à une politique de maintien à domicile pour que nos aînés puissent vieillir dans la dignité et avoir une meilleure qualité de vie;
  • Rapatrier le programme d'assurance-emploi au Québec pour mieux protéger nos travailleurs;
  • Adopter des mesures de relance économique :
    • Un fonds d'investissement stratégique de 10 milliards de dollars pour protéger nos sièges sociaux contre les prises de contrôle par des compagnies étrangères et pour stimuler l'émergence et la croissance de secteurs clés au Québec;
    • La révision de la mission de la Caisse de dépôt et placement pour qu'elle redevienne un instrument de développement capable de soutenir notre économie québécoise;
    • La création d'une Banque de développement économique.

« Il s'agit d'engagements réalistes qui tiennent la route. Au Parti Québécois, nous ne faisons pas de promesses en l'air pour aller chercher des points dans les sondages. Nous avons trop de respect pour les Québécois pour agir ainsi. Nos engagements sont chiffrés et nous respecterons un cadre financier rigoureux dans le contexte actuel des finances publiques. Nous refusons de nous lancer dans une surenchère de promesses coûteuses. Depuis 2003, Jean Charest a fait miroiter trop de promesses qu'il n'a jamais réalisées », a conclu Pierre Duchesne, en spécifiant que le changement passe par le Parti Québécois, son équipe renouvelée et sa chef compétente, capable de gouverner le Québec. C'est à nous de choisir.