Au bénéfice des survivants du cancer - Le Parti Québécois demande le droit à l'oubli
jeudi 1 décembre, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, et la porte-parole du Parti Québécois en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, proposent de s’attaquer à la discrimination touchant les survivants du cancer, qui sont souvent incapables de s’assurer ou qui doivent payer des primes très élevées. Ils suggèrent l’adoption d’un projet de loi faisant en sorte que les survivants du cancer, après leur guérison, n’aient pas à payer davantage que les autres citoyens pour leur assurance.

« Près d’un Québécois sur deux sera atteint d’un cancer au cours de sa vie. Heureusement, plus de 60 % y survivront au-delà de cinq ans. Mais, en ce moment au Québec, ce n’est pas parce qu’on a survécu au cancer qu’on cesse d’en être victime. Pour les survivants, contracter une assurance vie, une assurance invalidité, ou même obtenir un prêt s’avère difficile ou impossible, et ce, même si la possibilité d’une récidive est négligeable, voire nulle. Il s’agit d’une forme de discrimination que nous ne pouvons pas tolérer », a indiqué Jean-François Lisée.

Le Parti Québécois tend donc la main au gouvernement afin de travailler au dépôt d’un projet de loi en ce sens lors de la prochaine session parlementaire. « Le Québec aurait avantage à s’inspirer de l’exemple français, qui a consacré le droit à l’oubli. Ce droit permet d’éviter des surprimes ou l’exclusion d’une assurance en éliminant, après un temps déterminé, l’obligation de déclarer à l’assureur le fait d’avoir eu un cancer. Par exemple, pour les survivants de 5 cancers courants et de l’hépatite C, le délai d’accès au droit à l’oubli pourrait varier entre 1 et 10 ans seulement », a détaillé la porte-parole.

Il existe maintenant des données probantes sur la survie à plusieurs types de cancer. En France, les personnes ayant eu l’hépatite C ou certains types de cancer – de la thyroïde, du sein, du col de l’utérus, du testicule, et certains mélanomes de la peau – peuvent avoir accès à une assurance sans surprime ou exclusion après des périodes sans traitement variant de 1 à 10 ans.

« Nous connaissons tous des personnes dans cette situation, et nous pouvons agir ensemble pour qu’elles cessent de subir les conséquences d’une telle épreuve, plusieurs années après leur dernier traitement », a conclu Diane Lamarre.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?