Après la taxe santé, voici la taxe famille!
jeudi 11 septembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Terrebonne et porte-parole de l’opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, dénonce l’attaque que s’apprête à faire le gouvernement libéral en mettant fin à l’universalité des tarifs des services de garde éducatifs, pour les moduler par l’ajout d’une taxe calculée selon le revenu des parents.

« Après la taxe santé libérale, voici la taxe famille! Lors de la dernière campagne électorale, le Parti libéral a martelé qu’il n’y aurait pas de choc tarifaire pour les familles; or, voilà qu’il les attaque directement par une nouvelle taxe. Le gouvernement ne respecte pas sa parole. À la première occasion, en raison de son incapacité à stimuler l’économie du Québec et la création d’emplois, Philippe Couillard reprend la bonne vieille recette libérale : faire payer plus de taxes aux familles », a déclaré Mathieu Traversy.

La classe moyenne paiera plus

Ne nous leurrons pas; cette mesure ne touchera pas que les très hauts salariés, elle visera de front les familles de la classe moyenne. « Ces familles, qui assument déjà une grande charge fiscale, auront à payer encore plus pour un service qu’ils financent déjà équitablement par le biais de leurs impôts. De plus, dans un même CPE, comment justifier que certains parents paient plus cher que d’autres pour le même service? », a-t-il ajouté.

Le député rappelle que l’égalité des chances et l’accessibilité pour tous sont à la base de la mise en place des CPE. Des services de garde de qualité permettent en effet de mieux concilier la vie de famille et le travail. De plus, une mère ou un père monoparental peut ainsi accéder plus facilement au marché du travail. L’apport économique en découlant est important, tout comme les emplois de qualité créés dans toutes les régions du Québec.

« Encore une fois, les libéraux confondent un investissement pour l’ensemble de la société et une dépense. L’universalité des tarifs en service de garde assure l’égalité des chances. Pour des motifs idéologiques, les libéraux jettent à la poubelle un pan essentiel du filet social du Québec », a conclu Mathieu Traversy.