Appui à l'industrie de l'exploration minière du Québec - Le gouvernement du Québec contribue à l'application des principes de développement durable
mardi 21 janvier, 2014
Facebook
Twitter

Rouyn-Noranda – La ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Mme Élaine Zakaïb, accompagnée du député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et adjoint parlementaire à la ministre du Travail, M. Gilles Chapadeau, a confirmé l'attribution d'une aide financière non remboursable de 138 175 $ à l'Association de l'exploration minière du Québec (AEMQ) afin d'appuyer la réalisation d'un projet évalué à 276 350 $.

Ce projet vise à créer une norme pour l'industrie de l'exploration minière québécoise menant à l'obtention d'une certification en développement durable. Plusieurs partenaires seront mis à contribution : la Chaire en entrepreneuriat minier (CEM) UQAT-UQAM, le Groupe MISA, qui représente le créneau d'excellence Techno-mines souterraines de l'Abitibi-Témiscamingue issu de la démarche ACCORD, de même que des entreprises membres de l'AEMQ.

« L'application des principes de développement durable dans les activités de l'industrie québécoise de l'exploration minière est essentielle à l'atteinte des objectifs de croissance économique et sociale du Québec », a rappelé Élaine Zakaïb. « La norme et la certification issues du projet de l'AEMQ permettront aux entreprises minières de conjuguer à la fois le développement économique, la protection de l'environnement et la prise en compte des intérêts des communautés. C'est une initiative qui favorisera grandement l'adoption de meilleures pratiques d'affaires dans l'exploration de nos ressources minérales. »

La ministre des Ressources naturelles du Québec, Mme Martine Ouellet, a fièrement annoncé que « par la création de cette nouvelle norme, le gouvernement du Québec applique les principes de la nouvelle Loi sur les mines, adoptée le 9 décembre 2013, et appuie des initiatives visant le développement responsable de nos ressources minérales et le dialogue avec les communautés ».

« Depuis près d'un siècle, l'Abitibi-Témiscamingue représente la principale région minière du Québec », a rappelé Gilles Chapadeau. « Les membres du créneau d'excellence Techno-mines souterraines travaillent activement à faire reconnaître ce créneau à l'échelle nord-américaine et mondiale pour ses activités novatrices, compétitives et sécuritaires au sein du secteur minier. Par-dessus tout, ils s'assurent de mener des activités respectueuses des principes du développement durable. Le projet de l'AEMQ représente un pas de plus dans ce sens. »

Créée en 1975, l'AEMQ est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de promouvoir l'exploration durable et responsable des ressources minérales du Québec et leur contribution à l'économie québécoise. L'AEMQ représente plus de 250 membres corporatifs et près de 2 000 membres individuels. L'élaboration d'une norme menant à une certification en développement durable s'inscrit dans la mission de l'AEMQ et favorisera l'augmentation des activités d'exploration minières au Québec.

« Nous croyons fermement à l'importance de mettre en place une certification pour l'exploration minière », a mentionné le président du conseil d'administration de l'AEMQ, M. Philippe Cloutier. « Les retombées du projet pour la filière minérale québécoise seront l'amélioration de la responsabilité sociale des entreprises, le développement de la compétitivité actuelle et future de la filière, et ce, dans une perspective de développement durable, ainsi que l'amélioration de la disponibilité des leviers financiers. »

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), solidement ancrée dans son milieu, reconnaît que l'industrie minière joue un rôle essentiel et structurant dans le développement des régions au Québec. À cette fin, l'UQAT et l'Université du Québec à Montréal (UQAM) ont mis leurs expertises en commun afin de développer la CEM UQAT-UQAM. « Comme maître d'œuvre du projet, la CEM a mobilisé deux titulaires, trois professeurs et deux étudiantes à la maîtrise en gestion des organisations de l'UQAT afin de former une équipe dont l'expertise assurera la réussite du projet », a souligné Mme Johanne Jean, rectrice de l'UQAT. « Ce projet de recherche répond à l'objectif du Plan de développement 2009-2014 de l'UQAT, soit de contribuer au développement du Québec et au rayonnement de notre société sur le plan international. »

À propos de la démarche ACCORD

La démarche ACCORD (Action concertée de coopération régionale de développement) est une priorité de l'action gouvernementale qui vise à dynamiser l'économie des régions du Québec. Cette démarche s'appuie sur les forces régionales, sur la mobilisation et le dynamisme des gens d'affaires en région ainsi que sur la recherche de l'excellence dans les secteurs clés du Québec. Elle vise à construire un système productif régional compétitif sur le plan nord-américain et mondial dans chacune des régions du Québec, par la définition et le développement de créneaux d'excellence qui pourront devenir leur image de marque.

La région de l'Abitibi-Témiscamingue compte trois créneaux d'excellence :

  • Agriculture nordique axée sur la production bovine, qui regroupe quelque 350 fermes bovines;
  • Système de construction en bois, qui vise à devenir un chef de file dans le domaine de l'innovation, de la fabrication et de la commercialisation de constructions à ossature de bois;
  • Techno-mines souterraines, représenté par le Groupe MISA, qui travaille activement à l'implantation d'équipements et de services innovateurs pour assurer le développement durable de l'industrie minière.

Pour en connaître davantage sur la démarche ACCORD et sur les créneaux et pôles d'excellence, consulter le www.economie.gouv.qc.ca/accord.

Pour recevoir en temps réel les communiqués de presse du ministère des Finances et de l'Économie, s'inscrire au fil RSS approprié au www.economie.gouv.qc.ca/rss.