Abolition de 200 emplois dans les bureaux régionaux d'Hydro-Québec : la CAQ et François Legault sont déconnectés et insensibles aux régions
jeudi 15 décembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « Hydro-Québec vide les régions, à la demande du gouvernement libéral, pour remplir le siège social à Montréal et François Legault applaudit. C’est honteux et irresponsable ».

C’est ce qu’a déclaré le député de Berthier et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement régional et d’occupation du territoire, André Villeneuve, qui reproche à la Coalition Avenir Québec (CAQ) et à son chef, François Legault, d’être totalement insensibles aux réalités des régions. Qui plus est, le chef caquiste s’en frotte les mains.

En effet, hier, lors de sa conférence de presse, le chef caquiste, François Legault, se montrait heureux qu’Hydro-Québec procède à l’abolition de 200 postes dans plusieurs bureaux régionaux de la société d’État pour mieux les concentrer à son siège social à Montréal. Rappelons que la société d’État entend procéder rapidement à la suppression de ces postes répartis notamment à Gaspé, Sept-Îles, Rimouski, Gatineau, Chibougamau et Chicoutimi. « François Legault ne comprend pas qu’une perte de 15 emplois à Sept-Îles, c’est l’équivalent d’une perte de 1000 emplois à Montréal », a indiqué le député.

Pour le Parti Québécois, cette déclaration de François Legault illustre bien le fait qu'il n’a aucune vision ni position sur le rôle et l'avenir des régions du Québec. « Contrairement à François Legault, nous estimons au Parti Québécois que les régions méritent le respect de notre société d’État et qu’il ne saurait être acceptable d’endosser cette intention d’Hydro-Québec de centraliser ses activités à Montréal. Sans les régions du Québec, Hydro-Québec ne serait pas le fleuron qu’elle est aujourd’hui », a poursuivi André Villeneuve.

Occupation du territoire et décentralisation : la CAQ se loge où?

Le député demande d’ailleurs à François Legault et aux caquistes de se positionner clairement sur le projet de loi 499 que le Parti Québécois a déposé il y a deux semaines et qui a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme par tous ceux et celles qui s’intéressent à l’occupation dynamique du territoire et à la décentralisation.

« Ce projet de loi confirme clairement que le Parti Québécois est le parti des régions. Il veut s’assurer que les services soient répartis équitablement sur le territoire et donner aux acteurs locaux et régionaux les outils nécessaires pour favoriser le développement de leur territoire. Si l’on veut faire de nos régions des lieux dynamiques et prospères, il ne faut certainement pas endosser les gestes d’Hydro-Québec qui fait actuellement le contraire avec ses décisions », a conclu le député de Berthier.