Quelle résonance le gouvernement donnera-t-il à ses revendications constitutionnelles?
lundi 16 septembre, 2019
Facebook
Twitter

Québec, le 16 septembre 2019 – La campagne électorale fédérale, désormais officiellement lancée, est l’occasion par excellence pour le Québec de faire valoir ses revendications. Dans ce contexte, le député de Matane-Matapédia et chef parlementaire du Parti Québécois, Pascal Bérubé, ainsi que la députée de Joliette et porte-parole en matière de relations Québec-Canada, Véronique Hivon, pressent le gouvernement prétendument nationaliste de la CAQ de rappeler aux partis fédéraux ses demandes de 2015; les Québécois pourront, ainsi, juger de sa cohérence.

 

EN BREF

  • Le gouvernement du Québec doit profiter de la campagne électorale fédérale pour faire connaître ses attentes et obtenir des engagements au nom des Québécois qui l’ont élu.
  • Jusqu’à maintenant, des 18 revendications que contient le plan nationaliste de la CAQ de 2015, seulement 2 ont été abordées… pour être immédiatement rejetées par le gouvernement sortant.
  • Pour nous, être nationalistes, c’est être indépendantistes.

 
« Depuis des mois, on entend le premier ministre Legault répéter que le Québec n’a pas besoin d’être indépendant pour prospérer et se réaliser pleinement, que son "avenir passe à l’intérieur du Canada". Aujourd’hui, le moment est venu pour lui de mettre son discours en application : il doit rappeler ses revendications de 2015 aux partis fédéralistes en campagne – et obtenir des résultats sous forme d’engagements – ou bien expliquer pourquoi il n’ose pas le faire. L’occasion est unique, elle ne se représentera pas en cours de mandat; la saisira-t-il? », a soulevé Pascal Bérubé.

Au nombre de 18, ces revendications regroupent 10 modifications constitutionnelles et 8 ententes administratives. « Jusqu’à maintenant, les Québécois ont pu constater que le gouvernement sortant était contre l’idée d’un rapport d’impôt unique, et contre celle de laisser le Québec sélectionner ses immigrants. Mais qu’en est‑il des 16 autres revendications nationalistes de la CAQ? François Legault doit sans tarder aborder les questions touchant l’encadrement du pouvoir fédéral de dépenser dans les champs de compétence du Québec, les points d’impôt et autres transferts aux provinces, le droit de veto du Québec sur les modifications constitutionnelles, l’abolition ou la réforme du Sénat, l’abolition de la fonction de lieutenant-gouverneur, la prépondérance du Québec en matière de langue, d’immigration, d’environnement et de culture, et bien d’autres sujets encore. Tout ça, c’est dans son plan de 2015; à présent que les partis fédéraux sont à l’écoute, François Legault sera-t-il cohérent avec ses propos d’alors? Son plan est-il toujours d’actualité? », a pour sa part demandé Véronique Hivon.

« Le temps des bonnes intentions est derrière nous. Le gouvernement de la CAQ doit maintenant obtenir des résultats, faire valoir son rapport de force, au nom des Québécois qui l’ont élu. Autrement, nous ne pourrons que déplorer que son nationalisme n’en est qu’un de façade – puisque de toute évidence, il demeurera confortable au sein du Canada. Je lui souhaite le meilleur des succès et l’assure de notre pleine collaboration, même si je demeure convaincu qu’un Québec indépendant avancerait plus vite et irait plus loin. Pour nous, l’indépendance est l’aboutissement le plus logique et souhaitable du nationalisme », a conclu Pascal Bérubé.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?