Les présidentes et présidents régionaux appellent au ralliement



La course à la chefferie qui se termine met une fois de plus en évidence l'une des valeurs les plus fondamentales du Parti Québécois: le suffrage universel. Soixante-treize mille membres ont été appelés à voter pour déterminer qui sera le nouveau ou la nouvelle chef de notre parti. Aucun autre parti politique ne peut se réclamer d'une telle légitimité.

Ç'aura été une course exigeante, certes. Mais une belle course. Une course dont nous pouvons être très fiers. Une course pour laquelle il faut remercier les cinq candidats qui se sont mis sur la ligne de départ: Merci Alexandre, Jean-François, Martine, Paul et Véronique.

Les prophètes de malheur avaient prédit que cette course ne susciterait aucun intérêt dans la population. Ç'a été tout le contraire! Les débats ont été très suivis. Partout, les échanges ont été aussi nombreux que vigoureux. Notre parti a démontré, une fois de plus, qu'il est un véritable espace de débats — à l'image de la société québécoise.

Le Parti Québécois est une coalition. Il n'est pas nécessaire de toujours penser la même chose sur tous les sujets pour pouvoir travailler ensemble, main dans la main — du moment qu'on est mû par l'objectif de réaliser l'indépendance du Québec.

Cette course n’a pas été de tout repos, mais elle a montré que les désaccords entre les candidats sont marginaux en comparaison de ce qui les rassemble. De ce qui nous rassemble.

Il ne fait aucun doute aujourd'hui que tous les candidats et la candidate partagent l'objectif de faire du Québec un pays. Pas de doute non plus sur le fait que notre pays doit voir le jour sur des bases sociales-démocrates.

Nous militons tous et toutes pour l'indépendance du Québec. Cette cause-là elle est plus grande que chacun de nous. Elle est aussi plus grande que chacun de nos chefs, passés, présents et futurs.

C'est pour cela qu'avant même que ne soit connu le résultat de la course à la chefferie, nous, présidentes et présidents régionaux du Parti Québécois, souhaitons réaffirmer très clairement que nous nous rallierons immédiatement à notre nouveau chef ou à notre nouvelle cheffe. C'est avec lui, avec elle, que nous préparerons l'élection de 2018 et que nous tracerons une nouvelle voie pour faire du Québec un pays.

Nous souhaitons aussi que les candidats défaits, leurs équipes de campagne, l’ensemble du caucus des députés et tous les militants se rallient rapidement à celle ou celui à qui les membres auront majoritairement choisi d'accorder leur confiance.

C'est seulement en travaillant tous ensemble que pourrons atteindre notre objectif.



Gabriel Massicotte, président pour l'Abitibi-Témiscamingue
Vincent Couture, président pour le Bas-Saint-Laurent
Clément Laberge, président pour la Capitale-nationale
Maxime Gagnon, président pour le Centre-du-Québec
Pierre Gabrièle, président pour Chaudière-Appalaches
Raymond Isabel, président pour la Côte-Nord
Philippe Pagé, président pour l'Estrie
Robert Lapointe, président pour Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
Yves Perron, président pour Lanaudière
Claire Lebel, présidente pour les Laurentides
Odette Lavigne, présidente pour Laval
Martin Beaudry, président pour la Mauricie
Monique Richard, présidente pour la Montérégie
Marc Desnoyers, président pour Montréal-Centre
Éric Leduc, président pour Montréal-Ville-Marie
Jean-François Primeau, président pour l'Outaouais
Sabin Gaudreault, président pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et le Nord du Québec.