La CAQ devra choisir : les déficits ou les compressions

Jean-François Lisée

Chef du Parti Québécois, député de Rosemont

samedi 25 août, 2018
Partagez
Partagez
Partagez

Le rapport préélectoral de lundi nous a confirmé deux choses :

  • Oui, la marge de manœuvre a augmenté. Mais…
  • Il reste un écart à résorber de 868 M$ au prochain budget pour conserver le même niveau de services.

Donc, si un parti ne réinvestit pas dans les services, il devra en couper.

Pendant ce temps, la CAQ nous propose des baisses de taxes évaluées à 700 M$. Et c’est sans compter toutes ses autres promesses, par ailleurs fort coûteuses.

C’est simple : dans l’hypothèse où elle prendrait le pouvoir, si la CAQ respectait son engagement et qu’elle maintenait le niveau de services tout en baissant les taxes, le Québec se retrouverait, dès le prochain budget, avec un trou de 1,554 milliard de dollars dans ses finances publiques.

Alors, comment et où François Legault pourra-t-il trouver cet argent?

Il n’a donné que deux justifications pour trouver de l’argent. Ses objectifs d’économies dans les contrats du gouvernement ne sont basés sur absolument aucune mesure concrète. Sur son fameux « milliard » des médecins, qui a déjà servi pour « payer » plusieurs de ses engagements, François Legault s’est montré évasif et négociable, et il ne peut pas s’attendre à en récolter un sou avant plusieurs années.

Il a seulement deux options devant lui :

  • Couper dans les services.
  • Faire des déficits. 

François Legault doit dire la vérité aux Québécois : que choisira-t-il?

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?

fermer

RESTONS EN CONTACT

Avant de continuer :
Le formulaire a détecté qu'il manque des informations.
Nous avons bien reçu vos informations!
Merci de votre intérêt pour le Parti Québécois.