Des coupes qui font mal en éducation: entrevue avec Alexandre Cloutier

Permanence nationale

Équipe de services aux membres du Parti Québécois.

dimanche 22 novembre, 2015
Partagez
Partagez
Partagez

Dans le cadre de notre Conseil national des 21 et 22 novembre 2015 à Sherbrooke, notre blogueuse invitée, Annick Vigeant, a rencontré Alexandre Cloutier.


Les mesures austéritaires du gouvernement de Philippe Couillard frappent durement le milieu de l’éducation. Quand on demande au député de Lac-Saint-Jean et porte-parole du Parti Québécois en matière d’éducation, de recherche et de persévérance scolaire, Alexandre Cloutier, ce que ça va changer concrètement dans la réussite de nos jeunes, la réponse ne se fait pas attendre: tout!

«Le Parti libéral a fermé la moitié des organismes régionaux de soutien à la persévérance scolaire. Ceux qui restent sont carrément sur le respirateur artificiel. Ils vivotent tellement on les a fragilisés.»

«À l’interne, le gouvernement Couillard a coupé dans les services directs à nos jeunes: psychoéducateurs, psychologues, orthophonistes, tous ont été touchés, sans exception. Comme ce sont les jeunes les plus vulnérables qui en avaient besoin, ça aura nécessairement un impact sur la diplomation au Québec.»

Le Québec connait pourtant déjà un problème de diplomation important, avec 30% des jeunes qui arrivent à 20 ans sans aucun diplôme en poche. Pour Alexandre Cloutier, c’est un drame national: «C’est un billet pour la pauvreté, pour l’exclusion sociale, c’est exactement l’inverse du type de société qu’on veut se donner. Si tu n’as pas un taux de diplomation parmi les meilleurs au monde, tu ne crées pas d’emplois, tu innoves moins, tu mets ta société à risque.»

«C’est pour ça qu’il faut réagir. Le ministre Blais doit arrêter d’être le tapis de porte de son collègue Martin Coiteux au Conseil du Trésor et établir un véritable rapport de force avec lui.»

Aux parents inquiets du sort de l’école de leurs enfants, Alexandre Cloutier leur demande de continuer sans relâche: «Mobilisez-vous, faites-vous entendre, c’est l’approche du compte-gouttes, mais on va finir par y arriver et faire reculer le gouvernement.»

«De notre côté, on va continuer de se lever jour après jour à l’Assemblée nationale, tant et aussi longtemps que le ministre Blais ne reculera pas.»

fermer

RESTONS EN CONTACT

Avant de continuer :
Le formulaire a détecté qu'il manque des informations.
Nous avons bien reçu vos informations!
Merci de votre intérêt pour le Parti Québécois.