Cahier de propositions des jeunes du Parti Québécois
dimanche 9 février, 2020

Conseil National des Jeunes du Parti Québécois

Pour prendre votre billet et participer à l'adoption de ce cahier de propositions, rendez-vous ici.

 

LIBERTÉ DE LA NATION
 

L’accession à l’indépendance doit devenir un état d’esprit, un but guidant concrètement nos actions, nos décisions, jour après jour. La marche vers l’indépendance commence maintenant. Elle sera incarnée par des gestes forts. Les jeunes du Parti Québécois demandent une démarche assumée, une démarche fière, digne de notre grand projet.

Vous connaissez le dicton « jamais deux sans trois »; eh bien, la troisième fois sera la bonne! Il est temps de recommencer à rêver, temps de recommencer à y croire, temps de recommencer à se comporter avec audace et conviction pour réaliser l’indépendance du Québec, parce que c’est à portée de main. Il faut y aller!

Pour la liberté de notre nation, d’ici au pays, les jeunes du Parti Québécois proposent :

1.       La mise en branle du processus d’accession à l’indépendance dès l’élection du Parti Québécois, par la tenue d’un référendum dans un premier mandat.

2.       Un renvoi à la Cour d’appel du Québec sur le pouvoir fédéral de dépenser, afin que les champs des compétences du Québec soient enfin respectés.

3.       D’entamer des négociations constitutionnelles avec le gouvernement fédéral, afin :

a.       De rapatrier les compétences en matière d’environnement, d’agriculture et d’immigration, pour en faire des champs de compétence du Québec;

b.       De réaffecter les pouvoirs résiduaires pour que ceux-ci reviennent aux provinces plutôt qu’au fédéral;

c.        De donner un droit de veto au Québec relativement aux projets d’infrastructures interprovinciaux passant sur son territoire;

d.       De prévoir que les juges de la Cour supérieure et de la Cour d’appel seront dorénavant nommés par le gouvernement du Québec;

e.       D’abolir le poste de lieutenant-gouverneur du Québec.

4.       De faire la promotion du projet d’indépendance au sein de la communauté historique anglophone et auprès des néo-Québécois.

5.       D’abolir le serment d’allégeance à la reine lors de l’assermentation à l’Assemblée nationale, et de le remplacer par un serment d’allégeance au peuple québécois.

6.       D’instaurer un modèle public de financement des médias, semblable à celui de la Suède, afin d’assurer leur pérennité.

 

 

LIBERTÉ DES CITOYENNES ET CITOYENS
 

Le rythme de la vie moderne est fou. Entre la routine du travail, des études, et la pression de performance, les Québécoises et les Québécois sont à bout de souffle. Chez les jeunes, les étudiants, les parents, les infirmières, les enseignants, la détresse psychologique est palpable. Avec les nouvelles technologies, les courriels et le travail nous suivent facilement à la maison, minant le temps passé en famille ou le temps passé, tout simplement, à vivre et à respirer.

Un pays ne sera jamais libre si ses propres citoyens ne le sont pas aussi. Une économie profitable est une économie qui sait prendre soin de sa ressource la plus fondamentale : ses gens.

Pour la liberté des citoyens du Québec, d’ici au pays, les jeunes du Parti Québécois proposent :

7.       De modifier la Loi sur les normes du travail pour faire passer la semaine normale de travail de 40 à 30 heures, et d’instaurer la semaine de quatre jours durant la période estivale.

8.       De modifier la Loi sur les normes du travail pour offrir aux stagiaires les protections de base offertes aux autres travailleurs.

9.       D’étendre la couverture de soins universels à l’ensemble des soins en matière de santé psychologique, et d’assurer que des ressources psychologiques sont facilement accessibles dans les écoles, les cégeps et les universités.

10.   De prévoir un droit à la déconnexion pour les employés suivant les heures normales de travail.

 

Notre pays libre…
 

11.   Mettra en place une assemblée constituante pour doter le Québec d’une constitution de l’État québécois.

12.   Sera une république parlementaire.

13.   Créera la monnaie québécoise, appelée la « piastre » (PI).

14.   Fera du respect des droits humains, de la protection de l’environnement et de la défense des intérêts des entreprises québécoises des conditions à la ratification de traités commerciaux internationaux.

15.   Décriminalisera l’usage de toutes les drogues et mettra en place des ressources pour traiter cet enjeu sous l’angle de la santé publique.

16.   Mesurera le succès du Québec sur la base du niveau de bien-être de ses citoyens plutôt que de l’augmentation de son PIB, en mettant en place un indice tel que l’indice « vivre mieux » développé par l’OCDE.

 

Équité et justice
 

La société québécoise se démarque comme étant l’une des sociétés les plus égalitaires au monde. Alors que les inégalités sociales sont en hausse partout sur la planète, que la concentration des richesses est croissante, le Québec réussit, là où plusieurs autres échouent, en défiant cette tendance. Or, malgré ces bons résultats, le rêve de donner des chances égales à tous et à toutes n’est pas encore atteint…

Encore aujourd’hui, trop souvent, les communautés autochtones vivent dans des conditions exécrables; être une femme rime avec un salaire moins élevé que celui d’un pair masculin; nos écoles privées, largement subventionnées, continuent de créer une classe à part de futurs citoyens sur la base de la profondeur de leurs poches plutôt que de leur potentiel académique.

L’équité et la justice font partie de l’ADN du Parti Québécois. Nous devons continuer à militer pour une société où tous et toutes seront réellement égaux.

Pour une société juste et équitable, d’ici au pays, les jeunes du Parti Québécois proposent :

17.   De rétablir immédiatement la réglementation encadrant les frais de scolarité des étudiants internationaux et de réinvestir de manière importante dans le réseau des établissements d’enseignement supérieur, de manière à résorber l’anglicisation des établissements ainsi que la perte de compétitivité des établissements d’enseignement francophones et régionaux par rapport aux établissements anglophones.

18.   D’adopter rapidement une variété de mesures pour résorber la crise du logement qui fait rage partout au Québec, en :

a.       Investissant massivement dans la création de logements sociaux;

b.       Obligeant, dans les nouveaux développements pertinents, l’inclusion de logements sociaux et abordables;

c.        Incluant le droit au logement à la Charte québécoise des droits et libertés;

d.       Règlementant et en limitant les locations de type Airbnb.

19.   D’établir, dès la prise du pouvoir, un salaire minimum qui permet un niveau de vie décent, soit un minimum de 15 $ de l’heure, et de l’indexer annuellement à l’inflation.

20.   De mettre en place la gratuité scolaire effective par la bonification du volet « bourses » de l’aide financière aux études.

21.   De mettre fin à la ségrégation scolaire en supprimant le financement public des écoles privées et des écoles religieuses.

22.   D’imposer une taxe sur le salaire des employés dirigeants gagnant plus de 30 fois le salaire moyen des employés de la même entreprise.

23.   De créer de nouveaux paliers d’imposition pour augmenter l’impôt du 1 %, soit les contribuables ayant un revenu annuel de plus de 190 000 $.

24.   De se donner les moyens pour faire disparaître le plafond de verre une fois pour toutes et atteindre l’égalité des genres, en :

a.       Augmentant les pénalités imposées par la Loi sur l’équité salariale aux entreprises qui y contreviennent;

b.       Renforçant le programme d’analyse différenciée selon les sexes (ADS) visant à assurer l’équité des genres, et en y ajoutant un volet d’analyse pour inclure tous les motifs de discrimination énoncés par la Charte québécoise des droits et libertés;

c.        Instaurant une obligation de parité dans les conseils d’administration des entreprises de plus de 100 employés, des sociétés d’État et des organismes publics qui n’y sont pas encore assujettis.

25.   De mettre en place un tribunal spécialisé pour les violences à caractère sexuel, en s’inspirant de la formule de la Commission des droits de la personne.

26.   De donner de réels effets juridiques aux droits socioéconomiques dans la Charte québécoise des droits et libertés pour créer un véritable droit à l’instruction gratuite, à un niveau de vie décent pour tous, et à des conditions de travail justes et raisonnables.

 

 

Notre pays juste et égalitaire…
 

27.   Mettra fin au colonialisme canadien à l’égard des communautés autochtones en investissant les ressources financières nécessaires pour leur donner des conditions de vie décentes et leur garantir l’autonomie de bâtir des communautés à leur image.

28.   Adoptera des mesures agressives pour empêcher l’évasion fiscale et l’évitement fiscal, notamment en imposant une taxe sur les profits détournés inspirée des taxes australienne et britannique.

29.   Dans l’attente des lignes directrices de l’OCDE, imposera une taxe de 3 % sur le chiffre d’affaires des géants numériques comme Google, Amazon, Facebook, Apple (les GAFA), suivant l’exemple de la France.

30.   Sera un membre actif des Nations Unies et un précurseur dans la lutte pour le respect des droits humains fondamentaux, incluant les droits des personnes LGBTQ, et dans la lutte contre les changements climatiques sur la scène internationale.

 

 

Nationalisme
 

La nation québécoise a tout pour être fière. Elle se distingue par son caractère francophone, sa culture métissée, son franc-parler et sa chaleur humaine. La nation québécoise est innovante, généreuse, créatrice. C’est une nation naturellement accueillante, qui souhaite la bienvenue à toute personne qui a envie d’en faire partie. Est Québécois ou Québécoise qui veut bien l’être!

Il est temps de mettre les années libérales derrière nous.

Il est grand temps de recommencer à s’assumer pleinement et fièrement. La nation québécoise a droit à son autodétermination, et mérite de s’épanouir complètement au sein de son propre pays. La nation québécoise est mieux placée que quiconque pour comprendre le besoin d’autodétermination des Premières Nations et du peuple inuit, et pour leur reconnaître ce droit essentiel. Il est grand temps que les Premières Nations et le peuple inuit bénéficient du droit de s’autogouverner comme ils l’entendent.

D’ici au pays, pour une nation fière, en marche vers son indépendance, les jeunes du Parti Québécois proposent :

31.   D’entreprendre des négociations avec les Premières Nations et le peuple inuit vivant en territoire québécois, dans une dynamique de nation à nation, afin de définir un cadre dans lequel leur autodétermination est reconnue.

32.   D’inclure, dans le nouveau cours de citoyenneté québécoise remplaçant le cours Éthique et culture religieuse, un volet d’enseignement des cultures et des langues autochtones, ainsi que de sensibilisation à la réalité des Premières Nations et du peuple inuit au Québec.

33.   De développer des relations diplomatiques avec les nations désirant devenir souveraines à travers le monde, comme les Catalans, les Kurdes et les Écossais.

34.   D’obliger les producteurs et diffuseurs de contenu culturel en ligne à avoir une offre de contenu suffisante en français et produite au Québec, en collaboration avec les artisans ou acteurs québécois.

35.   De dépolitiser les seuils d’immigration pour établir une formule se basant sur la capacité d’accueil, les ressources disponibles et les besoins de main-d’œuvre, tout en mettant en place des mesures d’intégration et de francisation dignes de ce nom, financées à la hauteur de nos aspirations pour ces nouveaux habitants du Québec.

36.   D’augmenter les quotas du volet étudiant de l’actuel Programme de l’expérience québécoise, tout en renforçant les exigences de maîtrise du français associées à ce programme.

 

 

 

Notre pays francophone…
 

37.   Mettra en place un programme de promotion de l’immigration des Franco-Canadiens au Québec, à l’image de la campagne publicitaire du Manitoba, établira un processus migratoire simplifié et s’assurera de créer des liens durables avec les communautés francophones canadiennes.

38.   Imposera un quota minimal de produits québécois dans les contrats publics et adoptera des politiques vigoureuses en matière de nationalisme économique.

39.   Exportera son système éducatif collégial (cégeps) dans les pays qui le désirent, dans une optique de collaboration et d’éducation internationales, et de promotion de la Francophonie.

40.   Déploiera des efforts diplomatiques pour la signature d’une convention internationale sur la protection et la promotion de la langue française.

 

 

Protection de l’environnement
 

Nous ne le dirons jamais assez : les changements climatiques bouleversent déjà notre mode de vie et constituent le plus grand défi de notre société à l’heure actuelle. Pour nous assurer d’avoir un environnement sain dans lequel vieillir, il est grand temps de prendre des moyens ambitieux et concrets pour transformer notre économie et notre mode de vie. Il est nécessaire de faire chuter rapidement nos émissions de GES, mais aussi d’arrêter l’extinction rapide de milliers d’espèces fauniques et floristiques, et de faire cesser la pollution de nos milieux de vie.

Riche de ses cours d’eau, de ses forêts et de ses ressources naturelles, le Québec a tout pour devenir un meneur dans cette lutte et montrer l’exemple aux autres nations du monde en matière de transition économique. Il est grand temps de nous donner les moyens de nos ambitions, et de nous libérer du joug d’un État canadien pétrolier afin de déployer notre potentiel en matière d’énergies renouvelables, de résilience et de technologies durables.

En matière de lutte contre les changements climatiques, NOUS NE POUVONS NOUS PERMETTRE D’ATTENDRE.

D’ici au pays, les effets pourraient déjà être catastrophiques.

Il nous faut un pays, maintenant, pour avoir tous les outils pour accélérer la transition et positionner, dès aujourd’hui, le Québec comme un joueur exemplaire dans la lutte contre les changements climatiques.

Ainsi, pour la planète, les jeunes du Parti Québécois demandent dès maintenant au gouvernement du Québec :

41.   De s’opposer catégoriquement au projet GNL et à tout nouveau projet d’exploitation des énergies fossiles, de fracturation hydraulique ou d’oléoduc empirant le bilan carbone du Québec.

42.   D’abolir tous les investissements de fonds publics dans des entreprises dont les activités sont centrées sur l’exploitation des énergies fossiles, et de diriger ces fonds vers les entreprises oeuvrant dans le développement des énergies renouvelables, de l’économie circulaire, des technologies vertes, ainsi que dans la recherche en ces domaines.

43.   D’adopter une loi coercitive détaillant les cibles annuelles de réduction des GES du Québec pour l’atteinte d’une cible « zéro émission nette » en 2040.

44.   D’adopter une politique nationale « Zéro Déchet », qui :

a.       reverra le système de collecte du recyclage;

b.       bannira les plastiques à usage unique;

c.        pénalisera les entreprises pratiquant le suremballage;

d.       rendra les entreprises responsables de la totalité du cycle de vie de leurs produits;

e.       misera sur la réutilisation des matières premières à travers l’économie circulaire.

45.   D’investir massivement dans le transport collectif pour réduire de manière draconnienne la dépendance à l’automobile, notamment en redirigeant les fonds investis dans la construction de nouvelles routes vers le développement de nouveaux réseaux intra et interrégionaux dans tous les coins du Québec.

46.   D’adopter une politique nationale d’aménagement du territoire, afin d’avoir une vision globale du développement et de diminuer radicalement l’étalement urbain, source importante de l’augmentation des émissions de GES liées au transport routier.

47.   D’augmenter progressivement, mais néanmoins significativement, la taxe sur les carburants sur une période de 10 ans, tout en mettant en place une mesure compensatoire afin d’amoindrir l’effet régressif sur les ménages à faibles revenus et les PME, et d’utiliser ce fonds exclusivement pour accélérer l’électrification des transports.

48.   D’interdire la vente de véhicules à essence à partir de 2030, à l’image du Danemark.

49.   De hausser significativement les redevances sur l’utilisation de l’eau, afin de reconnaître la valeur collective de cette richesse.

De créer un réel droit à un environnement sain et à l’eau potable dans la Charte québécoise des droits et libertés.

Partagez
Partagez
Partagez

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?

fermer

RESTONS EN CONTACT

Avant de continuer :
Le formulaire a détecté qu'il manque des informations.
Nous avons bien reçu vos informations!
Merci de votre intérêt pour le Parti Québécois.