Un plan solide pour les personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme
jeudi 12 octobre, 2017
Facebook
Twitter

Présenté par le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée et Dave Turcotte, député de Saint-Jean et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux et de protection de la jeunesse.

 

  • 30 millions seront investis la première année, ce montant sera ensuite majoré de 10M$ par année afin d’atteindre un réinvestissement de 60M$ annuellement au terme du mandat dans les ressources et les services en déficience intellectuelle;
  • Poursuivre l’investissement de 30 millions la première année, ce montant sera ensuite majoré de 10M$ par année afin d’atteindre un réinvestissement de 60M$ annuellement au terme du mandat dans les ressources pour le trouble du spectre de l’autisme;

 

Trois axes:

Axe I : Des actions pour soutenir les personnes

1.Réduire le temps d'attente

  • pour obtenir le diagnostic de la déficience intellectuelle et du trouble du spectre de l’autisme;
  • pour l'accès aux services pour les personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme;

2. Investir dans les interventions comportementales intensives (ICI) ;

3. Assurer une continuité des services entre la petite enfance et le niveau scolaire ainsi qu’entre les différentes régions du Québec;

4. Développer et bonifier l'offre d'activités de jour significatives et valorisantes, afin de favoriser le maintien des acquis pour les personnes de 21 ans et plus;

5. Favoriser le maintien et la création de plateaux de travail afin d'offrir des perspectives d'emploi auprès de la clientèle adulte;

6. Soutenir les initiatives technologiques favorisant l’autonomie des personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme;

7. Mettre en place des campagnes de sensibilisation afin de réduire les préjugés à l’endroit des personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme;

 

Axe II : Des actions pour soutenir les familles

8. Étendre l’éligibilité du Supplément pour enfant handicapé nécessitant des soins exceptionnels et réduire les délais d’attente pour le traitement des demandes;

9. Investir davantage dans les services de répit, de dépannage et de gardiennage, mais aussi simplifier et adapter les règles pour répondre réellement aux besoins des parents;

10. Assurer de l’accompagnement professionnel aux familles dans le réseau de la santé et des services sociaux, afin de :

  • répondre aux divers questionnements des parents;
  • assurer un soutien psychologie adéquat aux familles;
  • transmettre des connaissances aux parents qui le désirent afin de mieux comprendre l’état de leur enfant, de participer à leur développement ainsi que de maintenir leur acquis.

 

Axe III : Des actions pour soutenir ceux qui aident

11. Réviser en profondeur l’Instrument de classification ainsi que le mode de rémunération des employés des ressources intermédiaires (RI) et des ressources de type familial (RTF) afin que ces ressources soient en mesure de mieux répondre aux besoins des usagers;

12. Mieux financer les organismes communautaires autonomes afin :

  • qu’ils puissent mieux accompagner les personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme dans leur intégration notamment pour l’emploi, le logement, les finances personnelles, les relations interpersonnelles ainsi que la sexualité;
  • qu’ils accompagnent les parents dans leur processus d’adaptation et les soutenir tout au long de leur parcours par la tenue de rencontres, de conférences et de groupes de soutien entre parents;