Partielle dans Gouin - Un geste concret pour la convergence des forces indépendantistes et progressistes
lundi 13 février, 2017
Facebook
Twitter

Montréal – Le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, accompagné de la députée de Joliette et chargée de mission pour les relations avec la société civile, la participation citoyenne et la convergence, Véronique Hivon, du président du Parti Québécois, Raymond Archambault, ainsi que du président de l’exécutif de Gouin, François Roberge, a présenté la décision prise par la formation politique, soit de ne pas présenter de candidat en vue de l’élection partielle à venir dans la circonscription de Gouin.

« Nous aurions pu faire une belle bataille dans Gouin, qui a longtemps été représentée par le Parti Québécois, a déclaré M. Lisée. Mais il faut voir plus loin qu’une simple partielle et prendre des décisions en fonction d’objectifs plus importants pour le Québec : remplacer les libéraux en 2018 par un gouvernement servant le bien commun, et préparer le Québec à un rendez-vous avec l’indépendance en 2022. Pour y arriver, il faut additionner nos forces, apprendre à travailler ensemble, dans le respect de nos différences. Présenter un candidat dans Gouin, ce serait mobiliser les militants péquistes et solidaires de l’île de Montréal les uns contre les autres, au moment même où nous réfléchissons, chacun de notre côté, au principe de la convergence. Ce serait contreproductif. »

Le président du Parti Québécois, Raymond Archambault, a indiqué que la décision avait été prise vendredi dernier par l’exécutif national du parti. « Les 15 présidents régionaux avaient été consultés jeudi et avaient donné un avis unanimement favorable, puis les membres de l’exécutif ont voulu envoyer, à l’unanimité, un signal clair que le Parti Québécois souhaite la convergence en faisant, dès maintenant, un geste fort », a-t-il insisté.

La députée de Joliette, Véronique Hivon, a déclaré pour sa part qu’« aujourd’hui, nous passons de la parole aux actes et nous faisons un geste important, qui démontre le sérieux de notre engagement en faveur de la convergence. C’est un geste d’ouverture et d’espoir pour tous ceux et toutes celles qui réclament cette collaboration. Nous mettons de côté nos intérêts purement partisans pour faire primer les intérêts généraux des progressistes et des indépendantistes, maintenant et en route vers 2018. »

François Roberge, président de l’exécutif du Parti Québécois de Gouin, a fait part de l’appui unanime de son exécutif à la démarche. « Nous étions en mode préparation d’une élection et nous avions une équipe électorale et des candidats de qualité qui auraient pu porter les couleurs du Parti Québécois dans Gouin. Mais nous avons été convaincus qu’il y a là une occasion de faire de la politique autrement et de se mettre en mode dialogue », a-t-il conclu.