Migrants haïtiens - Le fédéral doit accélérer l’octroi des permis de travail
mardi 8 août, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 8 août 2017 – La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’immigration et de communautés culturelles, Carole Poirier, est allée constater l’état de la situation dans les installations du Stade olympique de Montréal, transformé depuis quelques jours en centre d’accueil pour les migrants qui continuent à traverser la frontière pour demander l’asile.

 

EN BREF

· L’accueil des réfugiés doit se faire dans les règles et selon notre capacité d’accueil.

· Après avoir visité le Stade, nous sommes rassurés quant aux conditions et à la qualité de l’accueil.

· Nous demandons qu’une équipe spéciale, formée de gens des deux ministères de l’Immigration et du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, soit mise sur pied afin que l’étude des dossiers se fasse conjointement.

· Le certificat d’acceptation du Québec, le permis de travail temporaire fédéral et le chèque d’aide sociale devraient être délivrés en même temps.

 

« Nous sommes rassurés par ce que nous avons vu lors de notre visite au Stade olympique de Montréal, quant aux conditions et à la qualité de l’accueil. Nous avons aussi pu constater qu’il s’agissait d’un hébergement temporaire; les migrants sont rapidement dirigés vers d’autres ressources. Ceci dit, nous nous expliquons mal que le gouvernement libéral de Justin Trudeau soit aussi peu efficace en ce qui concerne le processus d’octroi des permis de travail. Le gouvernement du Québec est capable de délivrer un chèque d’aide sociale rapidement, et il est essentiel que le fédéral soit tout aussi prompt, afin que les migrants trouvent rapidement du travail », a déclaré Carole Poirier.

 

Sans permis de travail, rappelle la porte-parole, ces personnes ne pourront contribuer pleinement au développement du Québec et demeureront à la solde de la société d’accueil, ce qu’elles ne veulent sûrement pas. « Le Québec et le Canada n’ont pas le choix d’accueillir les demandeurs, selon les accords internationaux. Je demande qu’on accélère le processus d’octroi des permis de travail, afin que ces personnes puissent se trouver un emploi et qu’elles ne soient plus dépendantes de la société québécoise pour subvenir à leurs besoins », a-t-elle précisé.

 

Les délais doivent donc être harmonisés, y compris celui lié au certificat d’acceptation du Québec. « Pour cela, nous demandons qu’une équipe spéciale soit mise sur pied, formée de gens des deux ministères – fédéral et québécois – de l’Immigration et du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, afin que l’étude des dossiers puisse être menée conjointement », a ajouté la députée.

 

« L’accueil des réfugiés doit se faire dans les règles et selon notre capacité d’accueil. Nous espérons que le gouvernement du Québec et les autres partis d’opposition appuieront notre demande », a conclu Carole Poirier.