Les plus récents chiffres montrent une détérioration des soins à domicile
mercredi 24 mai, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 24 mai 2017 – La porte-parole du Parti Québécois en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, dénonce la détérioration de l’offre de soins et de services à domicile, malgré les promesses du gouvernement libéral. « C’est ce que démontrent les plus récents chiffres officiels indiquant les dépenses réelles de l’État », a-t-elle déclaré.

EN BREF - Entre 2014-2015 et 2015-2016, le budget consacré au soutien à l’autonomie des personnes aînées a diminué de 5 M$;
- Pendant ce temps, le Québec compte 100 000 personnes âgées de plus;
- Résultat? De plus longs délais d’accès et des heures de services coupées;
- Le forum de cette semaine a été organisé pour le bien de l’image du ministre de la Santé;
- Le gouvernement libéral avait promis une hausse de 150 M$ par année pour les soins à domicile; il a berné les Québécois en faisant d’autres choix. **

Selon ce qui a été publié, entre 2014-2015 et 2015-2016, pour l’ensemble des clientèles, les dépenses sont passées de 1338 M$ à 1335 M$. Plus spécifiquement, pour le soutien aux aînés, le gouvernement a coupé 5 M$, les sommes réellement accordées passant de 763 M$ à 758 M$. « Dans un contexte où la demande explose, tout indique que cette coupe budgétaire signifie une baisse concrète des services et un allongement des listes d’attente », a indiqué la députée

« Alors que les experts et les organismes communautaires parlent d’une hausse de la demande d’au moins 4 ou 5 % par année, le gouvernement a choisi de couper les budgets en soins à domicile. Le Parti libéral a décidé de ne pas écouter les experts, qui préconisent tous d’augmenter de façon importante l’offre de soins à domicile pour atténuer les effets du vieillissement de la population sur le système de santé. Considérant que vraisemblablement, la proportion des personnes de 65 ans ou plus doublera d’ici une quinzaine d’années au Québec, le gouvernement va carrément à contre courant. Jamais le ministre ne règlera l’engorgement des urgences s’il n’investit pas massivement en soutien à domicile », a par ailleurs soutenu Diane Lamarre.

« Pendant ce temps, rappelle en outre la députée, 12 000 personnes âgées de 80 ans ou plus sont stationnées sur la liste d’attente du Guichet d’accès à un médecin de famille. Si, à 80 ans, on n’est pas une priorité, quand le sera t on? »

Forum sur l’aide à domicile : une opération de marketing « Après un forum sur les CHSLD, c’est le tour des soins à domicile. Or, si on ne peut s’opposer à des discussions sur les services à apporter aux plus vulnérables, il est évident que ce forum est aussi un spectacle de relations publiques pour redorer le blason du ministre, qui s’est fait reprocher, à juste titre, son insensibilité à l’égard des soins à domicile. On sait, pourtant, que Gaétan Barrette préfère donner à des cliniques privées, même s’il n’obtient aucune garantie quant à l’amélioration de l’accès aux soins. Bref, ce ministre tient des forums sur certains sujets non pas parce qu’il s’en soucie vraiment, mais parce que politiquement, c’est rentable », a ajouté Mme Lamarre.

Promesse brisée Rappelons que le gouvernement libéral avait promis 750 M$ au cours du présent mandat pour les soins à domicile. « Non seulement le Parti libéral a brisé son engagement mais, en plus, il a osé couper, alors que les besoins vont croissant. De nombreux citoyens déplorent la diminution des heures de soutien à domicile. Je demande au ministre Barrette de dévoiler publiquement le nombre de patients en attente, le nombre d’heures de soins manquantes et les montants vraiment accordés – pas seulement annoncés – pour le soutien à domicile. Il doit savoir qu’un retard en ce domaine causera des torts irréparables et engendrera des coûts majeurs ailleurs dans le réseau : à l’urgence, en ressources intermédiaires et en CHSLD », a insisté la porte parole.

« Au cours des derniers mois, nous avons tenté d’obtenir des données quant aux temps d’attente pour recevoir des services à domicile. Malheureusement, comme plusieurs autres, nous nous sommes butés à une fin de non-recevoir de la part du ministre et de son ministère. Ceux-ci doivent faire preuve de davantage de transparence », a conclu Diane Lamarre.