Identité nationale - Des gestes forts pour renverser la vapeur
jeudi 10 août, 2017
Facebook
Twitter

Montréal, le 10 août 2017 – Le chef du Parti Québécois et porte-parole de l’opposition officielle en matière de langue française, Jean-François Lisée, annonce qu’un gouvernement du Parti Québécois déposera une loi 202 sur la langue et l’immigration dans les 101 premiers jours de son mandat. « Nous devons faire des gestes forts pour redonner à la nation québécoise la vigueur dont elle a absolument besoin! », a déclaré M. Lisée.

EN BREF

  • Un gouvernement du Parti Québécois s’engage à adopter, dans les 101 premiers jours de son mandat, une loi 202;
  • Cette loi regrouperait les positions linguistiques de l’opposition officielle, incluant ses mesures d’accueil, d’intégration et de francisation.

« L’été 2017 se termine alors que les nuages s’accumulent au-dessus de l’identité nationale québécoise. Il faut donc riposter avec force et opérer un redressement qui nécessite le retour d’une volonté nationale réelle et structurante aux commandes à Québec. Cette loi 202 regrouperait nos positions linguistiques, incluant nos mesures d’accueil, d’intégration et de francisation », a précisé le chef du Parti Québécois.

Les données du recensement de 2016 sont sans appel : le déclin du français au Québec est incontestable, en particulier quant à la proportion de citoyens dont c’est la langue principale à la maison. Sur l’île de Montréal, à Laval et sur la Rive-Sud, le recul est significatif depuis dix ans.

« Parmi ces différentes mesures, il est impératif d’exiger que 100 % des futurs immigrants et leur conjoint ne soient admis sur le territoire que s’ils démontrent une bonne connaissance du français. Il faut aussi, notamment, rétablir le droit de travailler en français, mis à mal récemment par les tribunaux canadiens, étendre la loi 101 aux entreprises de 25 à 50 employés – ce à quoi se refusent toujours le PLQ et la CAQ –, et exiger une réelle connaissance du français des diplômés des cégeps et des universités anglophones au Québec. Plusieurs autres mesures ont comme objectif de réaffirmer que la langue officielle et commune québécoise est le français et va le rester », a poursuivi Jean-François Lisée.

Le chef du Parti Québécois insiste par ailleurs sur l’importance d’assurer une intégration réelle des néo‑Québécois au travail, dans les régions et dans les professions, et celle d’un recul tout aussi réel de la discrimination. « Les libéraux nous ont habitués aux opérations de relations publiques qui n’ont aucun effet concret », a-t-il ajouté.

« Le Parti Québécois, comme il l’a fait dans le passé, offre des avenues novatrices et structurantes pour les nombreux défis que connaît le Québec d’aujourd’hui. L’élection d’octobre 2018 sera celle où les Québécois auront le choix entre amplifier le déclin du Québec avec les libéraux, soutenus par les solidaires, ou opter pour un gouvernement qui offrira à la nation la fierté et la confiance nécessaires pour faire face à ces défis », a conclu Jean-François Lisée.