Ce gouvernement libéral travaille pour les médecins, pas pour les patients
vendredi 6 octobre, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 6 octobre 2017 – La porte‑parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, dénonce la nouvelle entente secrète conclue entre le gouvernement libéral et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), qui représente un autre cadeau de 255 M$ sur 3 ans aux médecins. 

 

EN BREF

  • Le gouvernement libéral va dépenser 255 M$ pour hausser de nouveau le salaire des médecins omnipraticiens au cours des 3 prochaines années, sans garantie d’augmentation des services.
  • Malgré les demandes répétées du Parti Québécois, les libéraux refusent toujours de rendre publiques leurs ententes secrètes avec les fédérations de médecins.
  •  Si le gouvernement est certain que ces ententes sont bénéfiques pour la population, pourquoi ne les révèle-t-il pas?
  • La meilleure façon d’améliorer l’accès aux soins de santé, c’est le plan du Parti Québécois : augmenter l’autonomie de 200 000 professionnels de la santé et réinvestir dans l’offre de services.
 

« Aujourd’hui, le gouvernement se félicite qu’une nouvelle entente ait été conclue, cette fois avec les omnipraticiens. Il affirme sans honte qu’elle est le fruit du ménage effectué dans les finances publiques, ce qui permet de dégager une marge de manœuvre. Or, quand on sait que le gouvernement libéral a sabré les services directs aux patients, aux aînés et aux plus vulnérables pour y arriver, il y a de quoi être très en colère! Selon ce qu’on en sait, le ministre aurait accepté d’augmenter de 10 % le salaire des omnipraticiens au cours des 3 prochaines années. Dix pour cent, ça représente environ 255 M$. Mais, comme l’entente est secrète, il est impossible de savoir à quels services supplémentaires le public aura droit en échange. En fait, on ne sait même pas s’il y aura quelque garantie de services supplémentaires que ce soit. Par respect pour la population qui va payer 255 M$ de plus aux omnipraticiens, le gouvernement doit rendre publique immédiatement l’entente dans son entièreté », a demandé Diane Lamarre.

 

« Sans garantie de services supplémentaires, les 255 M$ ne serviront à rien d’autre qu’à enrichir des médecins qui ont déjà reçu des augmentations considérables. En effet, avant même les nouvelles hausses accordées aux généralistes, l’augmentation du salaire des médecins représentait déjà plus de 70 % des nouvelles initiatives en santé cette année. En comparaison, seulement 69 M$ ont été réinvestis en soutien à domicile, alors qu’il faudrait 500 M$ sur 5 ans pour donner des services adéquats. Depuis 15 ans, ce à quoi on assiste, c’est au spectacle d’un gouvernement qui signe des ententes avec les fédérations de médecins, qui leur donne un gros chèque et qui se croise les doigts en espérant que les services s’améliorent. C’est un non‑sens. Le gouvernement a cédé à la FMOQ la répartition des enveloppes de rémunération, et aucune modification n’a été apportée à la rémunération à l’acte », a ajouté la députée de Taillon.

 

Le Parti Québécois propose de remettre le réseau de la santé sur les rails grâce à une série de mesures concrètes, en commençant par augmenter l’autonomie de 200 000 professionnels de la santé, en leur permettant de réaliser plusieurs actes supplémentaires. Le plan du Parti Québécois comprend également le gel du salaire des médecins, de véritables garanties d’accès à des soins de santé de première ligne, ainsi qu’un réinvestissement de 500 M$ sur 5 ans en soutien à domicile, après des années de coupes libérales.