Cafouillage sur l’autoroute 13 - Un rapport qui ne porte pas sur les principaux responsables
vendredi 19 mai, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 19 mai 2017 – Le porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Alain Therrien, a réagi aux rapports Gagné et Doré, portant tous les deux sur le cafouillage qui a caractérisé la gestion, par le gouvernement libéral, des opérations sur l’autoroute 13 lors de la tempête du 14 mars dernier.

EN BREF

  • Le premier ministre avait déjà décidé de blanchir ses ministres; le rapport Gagné, qui ne porte pas sur les cabinets ministériels, ajoute à cette déresponsabilisation.
    - Florent Gagné doit être entendu en commission parlementaire, comme d’ailleurs les deux ministres responsables.
    - Le rapport Doré est un pas dans la bonne direction, mais il arrive tard; un ministre a la responsabilité de s’assurer que son ministère est fonctionnel.
    - Chose incroyable, aucun ministre n’est tenu responsable de l’une des pires gestions de crise de l’histoire du Québec. **

« Son mandat excluant d’office l’imputabilité des ministres et des cabinets, selon la volonté du premier ministre, le rapport de Florent Gagné déresponsabilise complètement le gouvernement libéral. On ne lui reproche même pas son manque de préparation, même si la tempête était annoncée depuis des jours! Le gouvernement n’a pris aucune initiative, il a été passif. Le ministre Lessard a même avoué être allé se coucher, affirmant qu’il ignorait la gravité de la situation. Ne pas savoir est une chose; ne pas avoir la proactivité de s’informer quand la nouvelle est dans tous les médias et préférer aller se coucher en est une autre. Le leadership doit venir des plus hauts échelons, pas d’en bas! », a déclaré Alain Therrien.

« Nous souhaitons que Florent Gagné soit entendu en commission parlementaire avant la fin de la session, afin de tout savoir sur le dérapage du 14 mars et pour qu’il ne se reproduise plus. Les deux ministres responsables, soit ceux des Transports et de la Sécurité publique, Laurent Lessard et Martin Coiteux, doivent également rendre des comptes et se présenter en commission. Il est inacceptable qu’à l’issue de l’une des pires gestions de crise de l’histoire, aucun ministre ne soit tenu responsable », a ajouté le porte-parole.

« En ce qui concerne le rapport Doré, la mise à jour des plans d’intervention et la mise en place de cellules de crise pour réagir plus rapidement s’avèrent des pas dans la bonne direction. Par contre, un ministre a le devoir de s’assurer que son ministère est fonctionnel en toutes circonstances; il est anormal qu’une telle crise ait été nécessaire pour qu’on se rende compte que les pratiques de gestion et de coordination n’ont pas été mises à jour depuis un bon moment, et que les façons de faire sont désuètes. Or, souvenons-nous qu’à son arrivée en poste, le ministre Lessard avait refusé de revoir en profondeur la gouvernance du MTQ, et ce, malgré les allégations d’Annie Trudel et de Louise Boily », a conclu Alain Therrien.