Buanderie publique dans Lanaudière - Le ministre Barrette doit cesser de flirter avec l’idée de la privatisation et respecter son engagement
jeudi 29 juin, 2017
Facebook
Twitter

Montréal – La porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, ainsi que la députée de Joliette, Véronique Hivon, demandent au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de confirmer rapidement la construction de la nouvelle buanderie publique Lavérendière dans Lanaudière, et de respecter ainsi l’engagement qu’il a pris en ce sens en mars 2016, c’est-à-dire de conserver les services dans le giron public.

EN BREF

  • Gaétan Barrette a annoncé que le projet de buanderie publique Lavérendière irait de l’avant il y a plus d’un an. Pourtant, il tarde à voir le jour.
  • Pourquoi ce retard? Est-ce que le ministre prévoit revenir sur sa parole et privatiser les services de buanderie dans la région? La question se pose.
  • L’avenir de 50 travailleurs est en jeu; le ministre doit faire avancer le projet.

« Voilà plus d’un an que le ministre a annoncé que le projet de buanderie publique Lavérendière irait de l’avant, après avoir lancé un appel d’offres et soumis les résultats à une firme indépendante pour analyse. Les conclusions étaient sans équivoque : les projets publics ont démontré qu’ils étaient moins coûteux que ceux du secteur privé. Pourquoi les choses tardent autant à se mettre en branle dans Lanaudière? Qu’est-ce qui bloque? », ont questionné les députées, à l’occasion d’un point de presse conjoint avec des représentants de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

« Nous craignons que le ministre Barrette cherche un prétexte pour revenir sur sa décision et privatiser le service. Le ministre a indiqué récemment que des analyses subséquentes ont été demandées. Il aurait entre les mains une étude commandée par un fournisseur privé qui a évidemment un intérêt financier à voir le projet Lavérendière échouer », a indiqué Véronique Hivon, précisant au passage que le projet Lavérendière est autofinancé.

« N’oublions pas les 50 travailleurs et travailleuses, ainsi que leur famille, qui nagent en plein brouillard! Ils vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, ne sachant pas ce qu’il adviendra de leur emploi. Leur avenir est en jeu! Cette saga n’en finit plus, et je partage leur vive inquiétude. Le gouvernement doit arrêter de chercher des faux‑fuyants et respecter son engagement, lequel avait été fondé sur une analyse objective de la situation », a par ailleurs insisté la députée de Joliette.  

« Les services de buanderie sont cruciaux pour les établissements de santé. Les vêtements d’hôpital, la lingerie et tous les autres tissus qui circulent doivent être nettoyés et désinfectés selon les plus hauts standards de qualité. Nous interpellons vigoureusement le ministre Barrette pour que la situation débloque et qu’on puisse enfin aller de l’avant avec le projet, dans l’intérêt de toute la population », a conclu Diane Lamarre.