Bombardier - La ministre de l’Économie a fait de la désinformation
mardi 11 avril, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 11 avril 2017 – Le porte-parole du Parti Québécois en matière de finances, Nicolas Marceau, et le porte parole en matière d’économie, Alain Therrien, ont dénoncé la manœuvre de désinformation utilisée par la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, dans le dossier du salaire des hauts dirigeants de Bombardier et des bonis qui leur sont versés.

EN BREF

  • Dominique Anglade a donné une fausse information aux Québécois en leur disant que pour les hauts dirigeants de Bombardier, pas de profits, pas de boni;
  • En réalité, ils conservent intégralement leur salaire et leurs bonis annuels;
  • Seule la rémunération en actions et en options d’achat est reportée de 2019 à 2020.**

« Hier, la ministre a déclaré que "les Québécois ne verseront pas de primes aux dirigeants de Bombardier tant et aussi longtemps qu’ils ne feront pas d’argent [avec la CSeries]". Or, dans la déclaration de changements importants dévoilée hier soir par Bombardier, on a plutôt la confirmation du contraire : tous les dirigeants de la compagnie recevront leurs bonis, comme prévu, provenant du régime incitatif annuel. C’est près de 7 M$ en bonis pour 2016. Et aucune part de ce montant n’est reportée en 2020! », a expliqué Nicolas Marceau.

« La ministre confond la rémunération variable à long terme, fondée sur des actions et des options, et la rémunération à court terme, composée du salaire et des bonis annuels. Au comité de direction, ni les salaires ni les bonis annuels n’ont été modifiés. On s’est fait rouler dans la farine. Depuis une semaine, Bombardier tente de calmer la grogne populaire en faisant de la désinformation sur les salaires de ses hauts dirigeants. La semaine dernière, le premier ministre s’est dit satisfait de la mesure annoncée. Hier, la ministre de l’Économie a dit que tant que les Québécois ne feraient pas d’argent, les hauts dirigeants n’auraient pas d’augmentation. Quand le gouvernement libéral cessera t-il de protéger les 1 % les plus riches? », a pour sa part demandé Alain Therrien.

CHANGEMENTS ANNONCÉS DANS LA CIRCULAIRE RÉVISÉE

Alain Bellemare et autres membres du comité de direction

  • Salaire annuel 2016 : MONTANT INCHANGÉ;
  • Bonis annuels 2016 : MONTANT INCHANGÉ;
  • Bonis conditionnels à la performance future, encaissables dans quelques années : MONTANT - INCHANGÉ, mais encaissable en 2020 plutôt qu’en 2019.

Pierre Beaudoin

  • Salaire annuel 2016 : MONTANT INCHANGÉ;
  • Bonis annuels 2016 : Réduction de 943 600 $ à 843 600 $ (- 100 000 $, ou - 4,6 %);
  • Bonis conditionnels à la performance future, encaissables dans quelques années : Réduction de 3 090 000 $ à 1 785 400 $ (- 1 304 600 $, ou - 42,2 %) et encaissement en 2020 plutôt qu’en 2019.