Amendes pour mauvais traitements aux animaux de compagnie : pourquoi le ministre Corbeil tarde-t-il à agir?
jeudi 17 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « Il aura fallu que l’opposition intervienne et fasse pression pour que le gouvernement annonce l’éventuel dépôt d’un projet de loi pour augmenter les amendes pour les exploitants d’usines à chiots. C’est désolant pour la population qui s’attendait à ce que le gouvernement agisse dès le dépôt du rapport du groupe de travail sur les animaux de compagnie il y a plus de deux ans », a déclaré le député de Kamouraska-Témiscouata et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture et d’alimentation, André Simard, à la suite d’une question posée au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Pierre Corbeil.

« Le rapport proposait expressément d’augmenter les amendes qui sont actuellement loin d’être dissuasives. Quand un propriétaire reçoit une amende de 600 dollars alors qu’il peut vendre ses chiens des centaines de dollars chacun, il y a lieu de se questionner sur la pénalité imposée. En plus, le projet de règlement sur la sécurité et le bien-être des animaux de compagnie annoncé en juin dernier n’aboutit pas », a ajouté André Simard.

« Le gouvernement libéral tarde à s’attaquer aux problèmes des usines à chiots et à donner le coup de barre nécessaire pour redresser la situation au Québec. Comme le revendique la population, nous ne voulons plus, au Parti Québécois, voir d’autres cas d’usines à chiots au Québec. Ces situations inacceptables doivent cesser. Le ministre Corbeil doit prendre ses responsabilités et agir sans tarder », a conclu le député de Kamouraska-Témiscouata.