Communiqué 
-  2 avril 2014

Un gouvernement du Parti Québécois diminuera la congestion routière dans la région métropolitaine

Montréal – La première ministre du Québec et chef du Parti Québécois, Pauline Marois, a dévoilé son plan pour diminuer la congestion routière dans la région métropolitaine.

« En 20 ans, les coûts de la congestion routière ont explosé : ils atteignent maintenant 1,8 G$ par année. La congestion routière est majeure, le réseau routier est saturé. Ainsi, il faut améliorer la fluidité de la circulation tout en diminuant nos émissions de gaz à effet de serre. Mais, avant tout, il faut trouver des solutions pour améliorer la qualité de vie des familles. En effet, le temps qu’on passe dans son auto, on ne le passe pas avec ses enfants, à préparer de bons repas, à s’adonner à nos loisirs ou à de l’activité physique », a déclaré la première ministre.

La Stratégie nationale de mobilité durable

Le gouvernement du Parti Québécois a posé un geste majeur en dévoilant la Stratégie nationale de mobilité durable.

« Notre stratégie pense avant tout à l’usager. Elle permettra d’augmenter de 30 % l’offre de transport collectif d’ici 2020, notamment en y attribuant 1 G$ supplémentaire. C’est ainsi que nous offrirons de bonnes raisons aux automobilistes de changer leurs habitudes, et que nous diminuerons le nombre de véhicules sur les routes. Nous voulons que les Québécois puissent se déplacer plus facilement, notamment en transport en commun. En intégrant la planification des transports à l’aménagement du territoire, nous agissons non seulement pour améliorer la vie des familles, mais aussi pour la prospérité, en permettant aux marchandises de circuler plus efficacement », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, il faut revoir la gouvernance des sociétés de transport dans le but de faciliter les déplacements des usagers. « Ce n’est pas normal qu’il y ait environ 700 titres différents de transport collectif pour les citoyens de la grande région de Montréal. Un gouvernement du Parti Québécois améliorera la planification et la gestion des transports en commun au Québec, en particulier dans la région de Montréal. Nous réviserons les rôles, les responsabilités et les obligations des différentes autorités responsables en matière de planification et d’organisation des services ainsi que d’exploitation des réseaux de transport collectif », a ajouté Sylvain Gaudreault, candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Jonquière, ministre des Transports et ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire.


Faciliter l’implantation des voies réservées

En plus de la Stratégie nationale de mobilité durable, le gouvernement du Parti Québécois continuera le déploiement des mesures préférentielles annoncées en septembre dernier, permettant de doubler le réseau de voies réservées pour Montréal et les environs. Ainsi, au cours du prochain mandat, le réseau de voies réservées passera de 209 km à 417 km.

« Au cours des 18 derniers mois, nous avons travaillé fort pour améliorer la fluidité du transport et diminuer la congestion routière. Nous avons doublé le réseau de voies réservées et fait passer le financement gouvernemental de 75 à 100 % de ces projets », a poursuivi Pauline Marois.

Des projets majeurs de transport collectif

En terminant, la première ministre a rappelé les prochains projets majeurs de transport collectif, comme le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal et les études pour le prolongement des lignes jaune et orange. La mise en place d’un système léger sur rail sur le nouveau pont Champlain permettra aussi aux gens de la RiveSud de rejoindre le centre-ville de Montréal plus rapidement.

« Doter la société québécoise d’un système de transport fluide, moderne et efficace, c’est un engagement ferme du Parti Québécois. La proposition de Philippe Couillard est ancrée dans le passé, digne de la culture historique de son parti : l’asphalte et le béton. Il ne voit pas plus loin. Grâce aux actions de l’équipe du Parti Québécois, jamais un gouvernement n’aura été aussi loin pour le transport collectif. En ajoutant à cela notre stratégie d’électrification des transports, nous doterons le Québec d’une véritable vision des transports du XXIe siècle », a conclu la chef du Parti Québécois.

Il nous faut les moyens d’agir

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.