Communiqué 
-  27 novembre 2013

Rapport du Vérificateur général du Québec - Train de l'Est : bulletin de la mauvaise gestion libérale

Québec - Le ministre des Transports et des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, M. Sylvain Gaudreault, a pris bonne note des recommandations du vérificateur général du Québec concernant le projet du Train de l'Est.

« Le vérificateur général fait un rude constat sur la gestion du projet sous l'ancien gouvernement libéral. Un projet mal évalué, mal planifié qui s'est soldé par une explosion des coûts. En 2006, le projet était évalué à 300 millions de dollars. Aujourd'hui, il a plus que doublé pour se chiffrer à près de 700 millions. Le précédent gouvernement a manqué à ses responsabilités. C'est une critique très sévère du travail des ministres des Transports libéraux Boulet, Hamad et Moreau », tonne le ministre Gaudreault.

Gouvernance : neuf années d'immobilisme libéral

« Le gouvernement libéral n'a rien fait en neuf ans et n'a donné aucune suite aux demandes répétées de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) pour modifier la composition de son conseil d'administration, ni pour que ce dernier se conforme à la Loi sur la gestion des sociétés publiques », se désole M. Gaudreault.


Le Train de l'Est sur les rails en 2014

Si le vérificateur général émet certaines réserves quant au contrôle et à l'encadrement des coûts pour le projet du Train de l'Est, le ministre tient à le rassurer. « Ce projet fait l'objet d'un suivi strict. Le budget est maintenant plafonné », a indiqué Sylvain Gaudreault.

« Le 12 novembre dernier, nous avons présenté un plan d'action pour le renforcement de la gestion contractuelle. L'objectif est clair : payer le juste coût pour les investissements routiers et en transport collectif. Les mécanismes de contrôle s'inspirent des meilleures pratiques de gestion et il est hors de question de laisser aller les budgets des grands projets comme l'a fait le précédent gouvernement. Ces gestes ont permis de réaliser des économies de l'ordre de 240 millions de dollars en 2013 », a déclaré le ministre Gaudreault.

Notons aussi la mise en place d'une direction générale responsable des projets stratégiques, ayant notamment pour mandat de veiller à l'application rigoureuse de la Politique-cadre sur la gouvernance des grands projets d'infrastructure publique pour les projets majeurs en transport collectif de l'AMT. « Ces gestes démontrent que le gouvernement contrôle de près l'ensemble des projets. Les dérapages de l'ère libérale sont derrière nous », a conclu Sylvain Gaudreault.