Communiqué 
-  19 novembre 2012

Première rencontre officielle entre Québec et les Cris : la première ministre du Québec et le grand chef des Cris sont au diapason

Montréal – Quelques semaines après avoir prononcé son discours d’ouverture, dans lequel elle a affirmé sa volonté de donner un nouveau souffle aux relations avec les Autochtones, la première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, a rencontré cet après-midi le grand chef des Cris, M. Matthew Coon Come. « Aujourd’hui, le gouvernement du Québec et le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) renouvellent leur volonté d’avoir des relations franches, fructueuses et porteuses pour l’ensemble du Québec. Nous poursuivons donc dans la direction tracée par la Paix des braves, qui avait instauré le principe de nation à nation et ouvert la voie à une ère de coopération et de prospérité », a déclaré Mme Marois.

Cette première discussion officielle depuis le début du mandat du nouveau gouvernement vise notamment à amorcer la mise en œuvre de l’Entente sur la gouvernance dans le territoire d’Eeyou Istchee–Baie-James. D’entrée de jeu, la première ministre du Québec a assuré au grand chef que toute son équipe était prête. Des négociations et des travaux seront entrepris à très court terme avec les Cris. Les premiers jalons ont d’ailleurs été posés par les différents ministères concernés, ou le seront à brève échéance. De plus, une équipe de négociation est en place pour mener à bien les discussions. La nomination de la négociatrice principale, Mme Martine Tremblay, a été chaleureusement accueillie par le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee).

La rencontre s’est tenue quelques jours après la création du Secrétariat au développement nordique, dont le mandat est de coordonner l’ensemble des actions gouvernementales pour répondre aux besoins des communautés nordiques et d’assurer le développement responsable du Nord. « Nous partageons les mêmes préoccupations sur les enjeux et les défis qui nous interpellent. Nous trancherons ensemble les questions incontournables comme le développement durable, la protection et la mise en valeur des ressources naturelles. C’est en faisant preuve d’ouverture et de respect que nous élaborerons les meilleures solutions pour concrétiser Le Nord pour tous, un projet qui sera bénéfique pour l’ensemble du Québec », a indiqué Mme Marois.

L’entente sur la gouvernance

Signée en juillet dernier, l’Entente sur la gouvernance dans le territoire d’Eeyou Istchee–Baie-James vise à permettre aux Cris d’exercer une plus grande autonomie et d’avoir des responsabilités accrues, notamment à l’égard de la gestion des terres et des ressources naturelles. Elle prévoit la création d’un nouveau gouvernement régional pour remplacer la municipalité de Baie-James, lequel sera composé d’un nombre égal de représentants cris et jamésiens.