Communiqué 
-  1 novembre 2013

Politique économique Priorité emploi - Un demi-milliard de dollars pour électrifier les transports

Montréal – La première ministre du Québec, Pauline Marois, a dévoilé aujourd’hui, devant les membres de l’Association de l’industrie électrique du Québec, le quatrième et dernier volet de la Politique économique Priorité emploi, soit la Stratégie d’électrification des transports, qui représente un investissement de 516 millions de dollars.

« L'objectif de la Stratégie d’électrification des transports est de faire du Québec un leader mondial des transports électriques. Nous voulons ainsi contribuer au développement économique du Québec en misant sur cette filière d’avenir pour créer des emplois. Avec ce projet emballant, nous pouvons nous enrichir tout en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre afin d’atteindre nos cibles ambitieuses pour 2020. Plus encore, il nous rapproche de l’indépendance énergétique », a déclaré Pauline Marois.

Faire rapidement une plus grande place aux transports électriques

Le gouvernement vise l’introduction de plus de 12 500 véhicules électriques additionnels sur les routes du Québec d’ici 2017. Cette stratégie inclura les véhicules des particuliers, des entreprises, des municipalités et des organismes à but non lucratif, de même que des taxis et les véhicules de la flotte gouvernementale. Cette ambitieuse stratégie met fin à l’incertitude concernant l’avenir du programme Roulez électrique, dont le rabais à l’achat devait chuter de moitié le 1er janvier prochain. Ce programme sera plutôt bonifié de 65 millions de dollars. La subvention maximale de 8000 $ à l’achat d’un véhicule électrique sera prolongée jusqu’au 31 décembre 2016, et la subvention de 500 $ pour l’achat d’un véhicule hybride conventionnel sera rétablie pour les trois prochaines années.

Parmi les autres mesures incitatives, un projet pour « verdir » 525 taxis sera mis en place à Montréal et dans les autres régions du Québec. Un plan de déploiement de 5000 bornes de recharge accessibles au public et réparties sur l’ensemble du territoire québécois accompagnera ces mesures.

Du côté de la métropole, le gouvernement investit plus de 150 millions de dollars pour l’implantation d’un premier axe électrique sur le boulevard Saint-Michel, qui sera desservi par trolleybus. La ligne bleue du métro de Montréal sera prolongée jusqu’à l’arrondissement Anjou; cinq nouvelles stations seront ajoutées vers l’est. De plus, le gouvernement ira de l’avant avec son projet de système léger sur rail, incorporé au futur pont Champlain. Enfin, 15 millions de dollars seront consacrés au projet Montréal, cité de l’électromobilité, pour faire de la métropole une vitrine de développement technologique en transports collectifs électriques.

Tirer parti du savoir-faire électrique du Québec

La Stratégie prévoit également un investissement de 35 millions de dollars pour créer l’Institut du transport électrique. Il s’agira d’un centre de recherche et de haute technologie de calibre mondial. Le savoir-faire québécois dans le domaine de l’électricité est déjà reconnu. La Stratégie vise à renforcer notre génie pour innover et faire du Québec un lieu encore plus propice à la recherche et au développement. Un lien privilégié sera établi entre l’Institut et le centre de recherche d’Hydro-Québec, l’IREQ, reconnu comme un chef de file mondial en matière de recherche sur les batteries comme sur les modes de production, de transport et de stockage d’électricité.

Bâtir l’avenir autour d’une filière industrielle forte et performante

Par ailleurs, plus de 220 millions de dollars seront consacrés aux projets d’entreprises québécoises, ainsi que pour attirer ici des acteurs de calibre mondial dans le domaine du transport électrique. La Stratégie soutiendra financièrement les projets d’envergure, mobilisateurs et structurants des entreprises, et les aidera à être plus compétitives. L’objectif de cet investissement est de développer un écosystème industriel fort, composé à la fois de petites entreprises novatrices et bien équipées pour répondre aux attentes des fournisseurs, de grands donneurs d’ordres d’envergure mondiale et d’un nombre suffisant de moyennes entreprises capables de faire le lien entre les deux.

Avec la Stratégie d’électrification des transports, les entreprises du secteur pourront compter sur une offre de service globale et intégrée, à la hauteur de leurs attentes. Elle permettra de favoriser non seulement l’investissement privé pour assurer la croissance et la modernisation des entreprises, mais aussi le développement, la démonstration ainsi que la commercialisation de nouvelles technologies et de produits innovants. Par ailleurs, le gouvernement entend accompagner les entreprises québécoises pour les aider à exporter leurs produits et leur savoir-faire.

Faire de l’État québécois un modèle à suivre

D’ici le 31 mars 2017, 2000 véhicules de la flotte gouvernementale seront graduellement remplacés par des voitures électriques, de même que tous les véhicules de fonction des membres du gouvernement. On procédera également à l’installation de 1000 bornes de recharge à proximité des édifices gouvernementaux, accessibles aux employés de l’État comme aux autres usagers.

Le gouvernement créera le Secrétariat à l’électrification des transports, qui sera sous la responsabilité directe de la première ministre. Ce secrétariat sera responsable de coordonner l’ensemble des actions engagées en matière d’électrification des transports.

Enfin, la Stratégie prévoit des modifications au cadre législatif et réglementaire afin de faciliter l’électrification des transports. Des mesures d’appui sont également prévues pour les municipalités dans leurs efforts d’électrification des transports. Notamment, le gouvernement du Québec souhaite revoir la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, afin de soutenir des modes d’urbanisation qui encouragent l’adoption d’habitudes de déplacement durable, et offrir un soutien financier à la planification urbaine favorisant l’écomobilité.

« La Stratégie d’électrification des transports est une illustration marquante de l’avancée du Québec vers la mobilité électrique. Nous serons un modèle de conscientisation et de responsabilisation. Nous ferons la démonstration que le développement durable va de pair avec le développement économique. Investir dans l’électrification des transports, c’est investir dans tout le Québec », a conclu la première ministre.




Consultez tous les détails de la Stratégie d'électrification des transports à economie.gouv.qc.ca/politiqueeconomique.