Communiqué 
-  6 décembre 2012

Plan d'action gouvernemental 2012-2017 : le gouvernement agit pour contrer la violence conjugale

Québec – La première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, ainsi que les deux ministres responsables de la coordination de l’intervention gouvernementale en matière de violence conjugale, soit la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ministre du Travail et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Agnès Maltais, et le ministre de la Justice, M. Bertrand St-Arnaud, accompagnés du ministre de la Sécurité publique, M. Stéphane Bergeron, de la ministre déléguée aux Affaires autochtones, Mme Élizabeth Larouche, du ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Réjean Hébert, de la ministre de la Famille, Mme Nicole Léger, et de la ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, Mme Véronique Hivon, ont dévoilé aujourd'hui le Plan d'action gouvernemental 2012-2017 en matière de violence conjugale.

Le gouvernement a décidé de s'attaquer résolument à toutes les formes de violence faite aux femmes, et plus particulièrement à la violence conjugale, en investissant à cet effet 57 millions de dollars de plus au cours des cinq prochaines années. Neuf ministères et organismes assureront la coordination des 135 engagements contenus dans le Plan d’action.

« Pour contrer la violence faite aux femmes, nous devons d’abord faire la promotion de valeurs fondamentales, dont le respect de l’intégrité physique et psychologique de toutes les personnes. C’est ce que mon gouvernement s’emploie à faire, et c’est pour nous une priorité », a déclaré la première ministre.

Les mesures du Plan d’action ont pour premier objectif de renforcer l’aide aux victimes, et le quart d’entre elles s’adressent spécialement aux femmes autochtones. Ainsi, le gouvernement témoigne de sa sensibilité à l’égard de la situation particulière dans laquelle vivent ces femmes, et de sa volonté de respecter les valeurs et la culture des Premières Nations comme de la population inuite. Pour le gouvernement, il est primordial d’offrir des solutions et des moyens adaptés aux communautés si l’on veut lutter efficacement contre la violence conjugale et familiale.

Prévenir, dépister, s’adapter et intervenir

Les engagements du Plan d’action s'articulent autour des quatre axes de la Politique gouvernementale d’intervention en matière de violence conjugale, intitulée Prévenir, dépister et contrer la violence conjugale, adoptée en 1995. Ces axes sont, outre la prévention et le dépistage, l'adaptation aux réalités particulières et l'intervention en matières psychosociale, policière, judiciaire et correctionnelle.

« Notre Plan d’action aidera réellement les victimes et les enfants exposés à la violence conjugale, tout comme il assurera l’encadrement des personnes ayant des comportements violents dans un contexte conjugal. Il tient également compte des personnes particulièrement vulnérables telles que les aînées, les handicapées, les immigrantes, les LGBT ainsi que les hommes victimes de violence conjugale », a précisé la ministre Agnès Maltais. D’ailleurs, des brochures d’information leur étant spécialement destinées seront disponibles par le biais des réseaux communautaires du Québec.

« Nous nous sommes engagés à ce que l’aide et le soutien aux victimes d’actes criminels soient parmi nos priorités en matière de justice, a ajouté le ministre Bertrand St-Arnaud. En luttant pour réduire la violence conjugale et en renforçant les actions pour assurer la sécurité et la protection des victimes, le Plan d’action quinquennal dévoilé aujourd’hui va exactement en ce sens. »

« La violence conjugale et familiale, c’est un phénomène intolérable, a déclaré pour sa part Stéphane Bergeron. Chaque jour, des enfants, des femmes et des hommes en sont victimes. Toutes ces personnes doivent trouver une oreille attentive, être protégées et recevoir tout le soutien que leur situation exige. En tant que société, il faut mettre l’accent sur la prévention et demeurer attentifs afin de pouvoir intervenir sans tarder dès le premier signe avant-coureur. Dans la lutte contre la violence conjugale, les policières et policiers, ainsi que tous les autres intervenants de première ligne, jouent un rôle essentiel; avec ce nouveau Plan d’action, nous voulons continuer à les épauler dans leur travail, et ce, dans le but d'assurer la sécurité de toutes les citoyennes et de tous les citoyens », a conclu le ministre.

Le Plan d'action gouvernemental 2012-2017 en matière de violence conjugale répond aux recommandations formulées à la suite d’une vaste consultation menée par les membres du Comité interministériel de coordination en matière de violence conjugale, familiale et sexuelle. Plus de 75 organismes spécialisés, notamment des organismes autochtones, des groupes de femmes et de recherche, ainsi que des agences de la santé et des services sociaux, y ont pris part.

Le Plan d’action est disponible à l’adresse suivante : www.scf.gouv.qc.ca.