Communiqué 
-  15 mars 2014

Philippe Couillard ne peut décider seul du statut du Québec

Montréal – À l’occasion d’un point de presse tenu hier, le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a tenu des propos qui méritent une clarification importante. « Les déclarations du chef du Parti libéral, à l’effet qu’il compte parcourir le Canada pour réunir les conditions afin que le Québec signe la Constitution canadienne, sont très inquiétantes, d’autant plus qu’il refuse de s’engager à consulter les Québécois à ce sujet », a déclaré la première ministre du Québec et chef du Parti Québécois, Pauline Marois.

Hier, Philippe Couillard déclarait : « Dans les premiers jours de notre gouvernement, on va parcourir le pays, rencontrer les provinces, les territoires canadiens, le gouvernement fédéral, d'abord pour parler d'économie et d'emploi et en indiquant à chaque fois notre espoir que le caractère spécifique du Québec soit reconnu dans la Constitution et que toute discussion constitutionnelle ne saurait accueillir notre participation sans que la question du Québec y soit tenue ».


« Non seulement tout le monde ignore les conditions de Philippe Couillard, mais, contrairement à Robert Bourassa, qui a établi le précédent lors du référendum sur l’Accord de Charlottetown, le chef libéral semble être prêt à engager l’avenir du Québec comme s’il s’agissait d’une simple formalité administrative », a ajouté la première ministre.

« Philippe Couillard doit savoir que la Colombie-Britannique et l’Alberta ont adopté des lois qui obligent un référendum avant que leur assemblée législative puisse approuver toute modification constitutionnelle. Cela revient à dire que les citoyens des autres provinces seraient consultés sur notre avenir, mais pas les Québécois. C’est inacceptable », a conclu la chef du Parti Québécois.

Il nous faut les moyens d’agir

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.