Communiqué 
-  6 juin 2014

Perte d’emplois au Québec - Effet libéral : perte de 50 000 emplois à temps plein en deux mois

Québec – À la lumière des chiffres sur l’emploi au Québec, parus aujourd’hui, le député de Saint-Jean et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’emploi, de formation professionnelle, d’alphabétisation et de jeunesse, Dave Turcotte, et le député de Saint-Jérôme et porte-parole en matière d'économie, d'entrepreneuriat, de PME et d'exportations, Pierre Karl Péladeau, constatent que le prétendu effet libéral sur l’économie du Québec signifie la perte de près de 50 000 emplois à temps plein en deux mois. Les statistiques parues indiquent également une hausse du taux de chômage de 0,4 %, ce qui le fait passer de 7,6 à 8 %.

« Après que le Québec ait perdu 32 000 emplois en avril, l’effet libéral entraîne la perte de 800 emplois en mai. Cette stagnation de l’emploi cache en fait la perte de 26 700 emplois à temps plein pour le dernier mois. Le bilan depuis l’arrivée au pouvoir du PLQ n’est guère reluisant. Visiblement, nous constatons que les promesses libérales de création d’emplois ne se concrétisent pas », a affirmé Dave Turcotte.

« Est-ce que les libéraux appliqueront la même façon de faire que lorsque nous étions au gouvernement, c’est-à-dire se rendre responsables des chiffres mensuels de création d’emplois? Finalement, l’effet libéral, c’est moins d’emplois et moins de croissance économique », a indiqué le député de Saint-Jean.


Les milieux d’affaires s’inquiètent

Le budget libéral comprend une baisse de crédits d’impôt généralisée de 20 % pour plusieurs secteurs de l’économie. Les milieux d’affaires s’inquiètent de ces coupes improvisées, faites sans aucune consultation.

« Les libéraux coupent et vont réfléchir ensuite par le biais de leur commission d’examen sur la fiscalité québécoise. De plus, le plan budgétaire libéral ne contient aucune vision claire sur le développement économique. Il n’y a pas d’actions structurantes. Je rappelle que le gouvernement a abandonné les mesures comprises dans la Politique économique Priorité emploi déposée par le Parti Québécois, une politique pourtant saluée par les milieux d’affaires », a pour sa part affirmé Pierre Karl Péladeau.