Communiqué 
-  28 février 2013

Modifications à l'assurance-emploi - « Le Québec est déterminé à poursuivre la lutte » - Agnès Maltais

Ottawa - La ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ministre du Travail et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Agnès Maltais, a fortement réagi à la suite de sa brève rencontre avec son homologue, la ministre fédérale des Ressources humaines et du Développement des compétences, Mme Diane Finley. « Le Québec est décidé plus que jamais à poursuivre la lutte pour la viabilité de ses milliers d'entreprises, pour ses travailleurs et la survie de ses régions. Le gouvernement du Canada refuse de suspendre sa réforme et de prendre le temps d'en mesurer les impacts. C'est inacceptable. »

La ministre Maltais a souligné que la réforme de l'assurance-emploi, mise de l'avant par le gouvernement fédéral, est contre-productive et risque de déstabiliser des pans entiers de l'économie québécoise, notamment les pêches, la foresterie, l'agriculture, la construction, la culture et le tourisme. Plusieurs intervenants du monde patronal partagent d'ailleurs ces inquiétudes et anticipent des répercussions très négatives quant à une réforme qui ne tient pas compte de la réalité de certains employeurs.

« L'enjeu est beaucoup trop grand pour improviser une réforme sans en avoir mesuré les conséquences au préalable. À la suite de ma rencontre avec la ministre Finley, je m'interroge sérieusement sur la compréhension qu'a le gouvernement fédéral quant à la réalité québécoise du marché de l'emploi. C'est avec détermination que nous poursuivrons cette bataille pour toutes ces familles qui ne méritent pas d'être traitées ainsi », a poursuivi Mme Maltais.

Rappelons que le Québec a demandé à plusieurs reprises d'être consulté sur les modifications apportées à l'assurance-emploi avant qu'elles soient rendues publiques et mises en vigueur. Cette position est d'ailleurs partagée par les autres provinces et territoires.

Les modifications ont été mises en place malgré le mécontentement qu'elles ont suscité, et en dépit de deux motions unanimes de l'Assemblée nationale, le 8 juin et le 13 novembre 2012, demandant au gouvernement fédéral de renoncer à ses intentions qui auront des effets négatifs au Québec.

« Les conservateurs font preuve d'une insensibilité rarement vue. Ils doivent suspendre cette réforme pour éviter de déstabiliser le marché du travail et d'entraîner plusieurs personnes en situation de précarité », a ajouté la ministre.

Renouvellement de l'Entente sur le marché du travail

Malgré la courte durée de la rencontre, la ministre a su trouver le temps de réitérer l'importance pour le Québec de pouvoir exercer pleinement ses responsabilités en matière de formation et de développement de la main-d'œuvre, ce qui passe par le renouvellement du financement de l'Entente sur le marché du travail au-delà de son échéance imminente, soit le 31 mars 2014, et par le transfert au Québec de toutes les sommes destinées aux mesures d'intégration en emploi.

« Le gouvernement du Québec adhère au principe de rapprocher les travailleurs et les travailleuses des emplois disponibles. Le meilleur moyen d'y parvenir est d'adopter une approche pragmatique et d'éviter les chevauchements. J'ai demandé à Mme Finley que des négociations débutent dès maintenant et qu'un engagement en ce sens apparaisse dans le prochain budget fédéral », a conclu la ministre Maltais.


Consultez les communiqués émis par le gouvernement du Parti Québécois concernant la réforme de l'assurance-emploi

  • Réforme de l'assurance-emploi : les ministres Cloutier et Maltais demandent au gouvernement fédéral de jouer à livre ouvert (14 janvier 2013)
  • Commission nationale d'examen sur l'assurance-emploi : une action concrète du gouvernement Marois pour défendre les Québécois (3 avril 2013)